Quel type de chaudière
 

 
Quel type de chaudière
• Les chaudières basse température produisent une eau d'une température de 50-60° C contre 80-90° C, pour les chaudières traditionnelles.
Attention : dans un logement neuf et bien isolé, une chaudière basse température est largement suffisante pour atteindre et maintenir une température d'ambiance confortable. En rénovation, en revanche, si vous installez une chaudière basse température, vous devrez prévoir des radiateurs d'une surface de chauffe un peu plus importante pour compenser la baisse de température de l'eau ou bien renforcer l'isolation de l'ensemble du bâtiment.
• Les chaudières à condensation ont pour principe de récupérer la chaleur latente contenue dans la vapeur d'eau produite par la combustion du gaz ou du fioul,
qui autrement se disperserait dans l'atmosphère, et à l'utiliser pour préchauffer l'eau du circuit de chauffage.
 

 

Le très haut rendement d'une chaudière à condensation s'avère moins performant les jours de grand froid, exigeant une eau plus chaude dans les radiateurs, ce qui empêche la chaudière de condenser. Son rendement reste néanmoins très supérieur à celui d'une chaudière classique. Une chaudière à condensation est particulièrement économe en énergie. Le surcoût à l'investissement est encore un frein à son développement, notamment en maisons individuelles. Mais ce type de chaudières pourrait retrouver un regain
d'intérêt auprès des particuliers sensibilisés aux questions de protection de l'environnement, puisqu'une chaudière à condensation consomme moins de fioul ou de gaz naturel pour obtenir de meilleurs résultats

• Les chaudières au fioul n'ont plus grand chose à envier à leurs rivales au gaz naturel. Leurs rendements ont eux aussi beaucoup progressé. Une maison de 100 m2, située dans le nord de la France et chauffée par une chaudière au fioul, consommait 4 800 litres il y a vingt ans et 2 600 litres aujourd'hui, soit une économie de 46 %.
• Pour obtenir ces rendements, les chaudières fioul actuelles présentent une forte isolation de leurs parois, de faibles températures de fumées (de l'ordre de 100 à 140° C au lieu de 250° C dans le passé), des températures plus basses de fonctionnement, des matériaux excluant tout risque de corrosion.

Et, surtout, les brûleurs actuels ont des rendements instantanés proches de 100 %, dus à une meilleure combustion du fioul domestique.

 

 

Menu Astuces

Mentions légales