Chauffage, ventilation et climatisation : Se chauffer va-t-il devenir un luxe ?

15. chauffage individuel


À l'occasion de la construction ou de la rénovation d'un logement, la question de l'installation ou du changement de chauffage individuel se pose immanquablement. Il existe traditionnellement trois grands types de chauffage individuel (électrique, gaz et mazout), auxquels il faut ajouter aujourd'hui les systèmes de chauffage par les énergies renouvelables.

Le chauffage individuel électrique est très clairement le plus onéreux à l'heure actuelle. À 11,06 euros le kw/h, l'électricité est donc loin d'apparaître comme le plus rentable. Mais la stabilité du prix de l'électricité, par rapport au mazout notamment, peut jouer en faveur de cette énergie, qui présente également l'avantage de ne nécessiter aucun stockage. Le chauffage individuel électrique est par ailleurs le plus simple et le moins cher à installer.

 

Lorsque le raccordement au gaz de ville est possible, c'est le mode de chauffage individuel qui s'impose logiquement, puisque c'est l'énergie la moins chère au kw/h (seulement 4,23 euros pour 100 kw/h contre 11,06 euros pour l'électricité). L'installation du chauffage individuel au gaz est toutefois plus délicate, et donc plus coûteuse que celle d'un système thermique électrique.

Juste derrière le chauffage individuel au gaz, le chauffage au mazout est une alternative possible à l'électricité. Son coût reste peu élevé (5,35 euros pour 100 kw/h), mais il faut savoir que le prix du mazout est soumis aux variations du prix du pétrole. Par ailleurs, le chauffage individuel au mazout nécessite des commandes régulières de combustible, ainsi qu'une capacité de stockage. À associer avec chaque type de chauffage individuel, les énergies renouvelables (énergie solaire et pompe à chaleur notamment) permettent de limiter les dépenses énergétiques tout en conservant un confort optimal.




 

- Menu -