Installation de chauffage : Repérez les points faibles de la maison
 

 Votre maison est-elle prête pour l'hiver ?

 

En été, la chaleur impose seulement de trouver la fraîcheur, en fermant les volets et en créant un courant d’air, par exemple. Mais, en hiver, le froid pille littéralement le porte-monnaie en dépenses de chauffage. Il est donc primordial de vérifier l’isolation et le bon fonctionnement du système de chauffage de sa maison, seules garanties de dépenser au plus juste.

La chaleur monte

En hiver, la chaleur produite à l’intérieur de la maison doit y rester. Or, l’air chaud monte. C’est la convection. Aussi, l’isolation des toits est le premier élément à vérifier. Viennent ensuite les portes et les fenêtres, puis les murs eux-mêmes. Car il ne faut pas oublier que si la chaleur monte, elle “fuit” aussi par rayonnement, tel le soleil, ou par conduction, comme celle qui vous brûle lorsque vous sortez un plat du four.

L’humidité se dépose

En hiver, l’atmosphère de la maison est parfois humide. Paradoxalement, l’air est souvent plus sec qu’en été. Il s’agit, en fait, d’un problème de température : l’air, lorsqu’il est chaud, peut contenir plus de vapeur d’eau que s’il est froid. Ainsi, en hiver, l’air chauffé par les radiateurs se charge d’humidité. Dès qu’il entre en contact avec une zone froide, mal isolée, la vapeur d’eau se condense et redevient liquide. Les conséquences de ce phénomène sont plus importantes si l’air intérieur n’est pas renouvelé.
 

 

La réglementation :  Elle vise à simplifier les textes actuels autour de deux axes : l’isolation thermique en hiver, mais aussi en été (canicule) ; la ventilation systématique et performante. Chaque maison sera notée en fonction de ses 1 éléments constitutifs (isolation, chauffage, ventilation, maçonnerie, menuiseries...) par rapport à des modules de référence.

Elle sera conforme à la réglementation si elle atteint la moyenne. Sinon, il faudra agir sur l’un ou l’autre des paramètres.

Êtes-vous bien chauffé ?

• Bien réglé, un chauffage central consomme moins. Cela concerne la chaudière elle-même, à faire contrôler par votre chauffagiste, et son pilotage. Un thermostat d’ambiance est indispensable. S’il est électronique - et donc programmable - c’est encore mieux (Landis et Staefa Rev100). Il sera complété par des robinets thermostatiques, à placer sur les radiateurs des pièces que vous souhaitez conserver plus fraîches, dans les chambres par exemple.

• Pensez aussi à isoler les tuyaux qui circulent dans des locaux non chauffés (cave, garage) à l’aide de coquilles ou de rouleaux isolants. Faites de même pour les circuits d’eau froide, afin de vous prémunir contre le gel.

• Un chauffage électrique obsolète ne peut pas être amélioré. Il faut le remplacer, mais vous pouvez échelonner la dépense sur plusieurs années, en changeant les éléments au fur et à mesure. Par exemple, de vieux convecteurs à sortie d’air chaud par le dessus seront avantageusement remplacés par des panneaux rayonnants plus économiques et confortables à l’usage.




Suite

 

- Menu -