Se chauffer au solaire ?

 


• L’énergie solaire peut couvrir jusqu’à 70 % de vos besoins en chauffage et eau chaude sanitaire.

• Chauffe-eau, plancher chauffant : leur prix a bel et bien diminué.

• Achat ou location vente ? Dans un dédale d’aides financières et de types d’installation, il est bon de savoir à qui s’adresser.

La dernière barrière au développement du chauffage de l’eau et des maisons par le soleil viendrait-elle de céder ? Non polluante et disponible partout, l’énergie solaire a des atouts indéniables. Mais jusqu’à présent, les équipements étaient peu compétitifs. Et, à moins d’être pourvus d’une inébranlable fibre écologique, la plupart des propriétaires préféraient une solution classique au gaz, à l’électricité ou au fioul.

A savoir

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a décidé de changer la donne en lançant une campagne d’aides financières qui s’adresse notamment aux particuliers. Résultat : une chute des coûts des installations qui peut atteindre 30 %. De quoi donner un coup de fouet au développement du solaire thermique. Côté technique, aucune crainte à avoir : après plus de vingt ans de mise au point, les équipements sont désormais fiables.


Le capteur solaire Viessmann Vitosol 100 est en cours d’agrément par le Centre scientifique et technique du bâtiment II devrait donc bientôt bénéficier des aides au financement octroyées pour ces installations.
 

 

AU NORD COMME AU SUD

Pas besoin d’habiter Nice pour profiter de la chaleur du soleil et couvrir une grande partie de vos besoins en eau chaude sanitaire et en chauffage. Vous réduirez davantage votre facture de chauffage et d’eau chaude grâce à votre installation solaire si vous résidez dans une région aux hivers longs, rigoureux et ensoleillés. L’idéal est donc d’installer votre système solaire en montagne. Si vous ne faites pas partie des heureux élus, sachez, qu’en moyenne, vous assurerez 50 % de vos besoins dans la moitié nord de la France et 70 % au sud. Un chauffage d’appoint est donc toujours nécessaire.

 

Du soleil à l’eau chaude


Le capteur vitré, modèle le plus couramment utilisé, fonctionne comme la serre du jardinier. Il absorbe l’énergie du soleil et la restitue sous forme de chaleur. Celle-ci, piégée sous le vitrage, chauffe l’eau, qui circule dans le capteur, jusqu’à une température de 50 à 60 °C. Cette eau alimente ensuite un ballon situé à l’intérieur de la maison et, éventuellement, un système de chauffage au sol constitué d’un réseau de tuyaux placé dans le plancher, dit “plancher solaire direct” (PSD). Ce n’est pas cette eau qui arrive directement à votre robinet. En fait, dans le ballon, l’eau provenant des capteurs cède sa chaleur à un second circuit qui fournit l’eau chaude sanitaire pour toute la maison. Quand le soleil est insuffisant, un système de chauffage au gaz, à l’électricité ou au fioul, apporte l’appoint nécessaire pour donner une eau à la température désirée et chauffer la maison. Pas de souci : un petit boîtier électrique, le régulateur, s’occupe de tout à votre place.

 

La location-vente

 

Pour ceux qu’une dépense importante fait sourciller, la solution réside alors peut-être dans la location-vente. Le contrat est simple. Pour acquérir un système couvrant de 50 à 60 % des besoins en eau chaude sanitaire d’une famille de quatre personnes, vous versez un dépôt de garantie de l’ordre de  700 € et ensuite des mensualités de 39 € pendant 10 ans. Pas de souci d’installation ou de maintenance : c’est l’affaire d’un artisan spécialisé qui fait partie du réseau Eau chaude service : Giordano est le seul fabricant à proposer aujourd’hui ce type de contrat. L’abonnement peut être résilié avant son terme. Toutefois, vous serez alors redevable d’une indemnité dégressive, selon la date de rupture. Au final, le chauffe-eau solaire ne vous aura pas coûté plus cher que si vous l’aviez acheté directement chez le fabricant. Une formule séduisante quand on hésite à franchir le pas pour s’équiper en solaire. Elle est accessible pour le moment dans 6 régions : Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes, Bretagne, Pays-de-Loire et Midi-Pyrénées. Et dès septembre, aux régions Aquitaine, Alsace, Poitou-Charentes et Ile-de-France.

 




 

 

- Menu -