Chauffages divers
 

 Plafonds chauffants insonores

Depuis de nombreuses années maintenant, il est apparu, sur le marché, de nombreux plafonds chauffants conçus sur des principes différents de ceux constitués antérieurement par l'enrobage de tubes chauffants dans le béton. Tout d'abord, certains de ces plafonds chauffants comportent des tubes en cuivre, de très petit diamètre (10 mm environ), enrobés dans un matériau analogue au plâtre. Ces derniers ne semblent pas s'être développés en France comme en Amérique.
Les nouveaux plafonds chauffants ont été étudiés pour assurer à la fois le chauffage et l'insonorisation des locaux. Ils sont constitués par des dalles perforées, mesurant généralement 0,60 m X 0,60 m. Elles sont soit métalliques, soit en un matériau isolant analogue au plâtre ou au fibrociment. Ce plafond rapporté est accroché à quelques centimètres au-dessous du plafond porteur. Les tubes chauffants, généralement alimentés à une température de l'ordre de 75°C, sont placés dans ce vide. La transmission de chaleur aux dalles du plafond rapporté est assurée par des ailettes métalliques pincées sur le tube et s'appliquant par élasticité sur les plaques. Ces ailettes sont soit en aluminium, soit en acier. Il existe un grand nombre de modèles de ces plafonds. Les premiers réalisés n'étaient pas toujours parfaitement plans, mais il a été remédié à ces inconvénients.
 

 

 

Ces plafonds chauffants rapportés ont, en outre, l'avantage esthétique de permettre de dissimuler toutes les canalisations de fluides (eau, gaz, électricité) dans le vide situé entre les dalles chauffantes et le plafond.
Avantages. Du point de vue du rendement de la chaleur émise, il faut distinguer nettement le chauffage par le sol du chauffage par le plafond. Dans un chauffage par le sol, la température de l'air est uniforme dans toute l'étendue verticale du local, ce qui conduit à l'efficacité maximale. Dans un chauffage par le plafond, la température de l'air va en croissant du sol au plafond, si bien que l'efficacité de ce procédé est du même ordre de grandeur que celle des installations par radiateurs.


Du fait qu'en tous les points du local la température de l'air est toujours relativement basse, le chauffage par rayonnement supprime les poussières noirâtres si caractéristiques du chauffage central, et surtout du chauffage à vapeur basse pression. Il en résulte également une plus grande uniformité de la température dans le local. La réduction de la vitesse des courants de convection présente, en outre, l'avantage de laisser déposer sur le sol les plus grosses poussières microbiennes. Il est vrai que si les occupants du local se déplacent, leurs mouvements suffisent pour maintenir ces poussières en suspension. Enfin, les surfaces rayonnantes peuvent être orientées dans une direction déterminée, de façon à permettre l'accroissement de la sensation de chaleur en un point ou dans une zone du local. Du fait du rayonnement du sol ou du plafond, la température résultante est accrue. Par exemple la température sèche résultante est plus élevée de l'ordre de 2 °C dans un chauffage par le sol que la température sèche du local et de 1°C à 1,5°C dans un chauffage par le plafond. Cela ne veut pas dire que les déperditions soient diminuées pour autant, car les surfaces refroidissantes, et en particulier les vitres, reçoivent elles aussi le rayonnement des surfaces de chauffe. Mais ce qui est certain, c'est que les besoins calorifiques nécessités par la ventilation sont réduits, puisque, à sensation de chaleur égale, la température de l'air est moindre en chauffage par rayonnement. II peut également résulter une petite économie, du fait de la diminution des courants de convection le long des parois. Lorsque la température extérieure est douce, ce chauffage par rayonnement permet (en particulier dans les hôpitaux ou les sanatoriums) de laisser les fenêtres ouvertes sans qu'il en résulte une dépense excessive par la ventilation. On reproche parfois aux chauffages par rayonnement de provoquer un surcroît de pertes lorsque la paroi chauffante, sol ou plafond, est en contact avec l'extérieur ou un local non chauffé. Il est évident que, dans ce cas, une isolation efficace doit être prévue. Le chauffage par rayonnement, et surtout le chauffage par le sol, permet également d'utiliser des fluides chauffants à basse température, ce qui peut être un avantage appréciable lors de l'utilisation d'une pompe à chaleur, ou d'eau de refroidissement des moteurs. Le chauffage par le plafond présente l'avantage d'être utilisable comme installation de rafraîchissement pendant l'été. En faisant circuler de l'eau à 15 °C dans les tubes, le plafond est refroidi à une température qui reste supérieure au point de rosée de l'air, ce qui supprime toute condensation et permet néanmoins un rafraîchissement appréciable, en raison de la grande superficie de cette surface d'échange et de son emplacement favorable.

 

 

 

 

- Menu chauffage -