Le Chauffage
 

  LA CONDUITE ET LE CHOIX DES INSTALLATIONS


RÉGLAGE, RENDEMENT, RÉCEPTION ET ESSAIS
Le réglage des installations
Thermostats d'appartement par tout ou rien. — Une solution simple, lorsque les générateurs sont équipés au mazout ou avec un brûleur à charbon, consiste à commander leur allure par un thermostat placé dans un des locaux pris comme témoin et dénommé, de ce fait, thermostat d'appartement. Ce sont encore les plus usités, en particulier, pour commander les brûleurs à mazout et les brûleurs à charbon.
 

 

 

Ces thermostats électriques sont souvent constitués par un bilame qui établit ou coupe un contact sec ou de mercure, en s'incurvant plus ou moins sous l'action de la chaleur. Un appareil réglé à 18 °C établira le contact lorsque la température atteindra 17,5°C et le coupera à 18,5°C. Ces thermostats sont parfois munis d'une horloge faisant varier automatiquement la température de réglage pour le jour et. la nuit. C'est ce qu'on appelle réglage par« tout ou rien», en ce sens que la combustion à la chaudière oscille entre l'allure maximale et l'arrêt, ou, tout au moins pour les brûleurs à charbon, entre l'allure maximale et une allure très ralentie.


Lorsque l'installation est divisée en réseaux branchés sur un même collecteur, chaque réseau est réglé par un thermostat qui commande l'ouverture ou la fermeture d'une vanne placée sur la canalisation maîtresse. Les générateurs peuvent être commandés, soit par un thermostat d'action extérieure, du type que nous examinerons par la suite, soit par le thermostat du réseau le plus défavorisé, c'est-à-dire exigeant le plus de chaleur.
On reproche au« tout ou rien» de subordonner le réglage général aux conditions calorifiques de la pièce témoin. Autrement dit, si, pour une cause quelconque, on vient à ouvrir les fenêtres de cette pièce, ou à fermer son radiateur, toute l'installation est surchauffée. Il est donc nécessaire de soumettre ce local à une discipline rigide.
On incrimine, en outre, le « tout ou rien » de manquer de souplesse ou d'agir avec retard : lorsqu'il commande le chauffage, le local et ses murs se sont déjà refroidis, et si l'installation présente une certaine inertie, la température continue à baisser ; de même, quand le thermostat arrête la combustion, l'installation peut être en marche maximale et la température continue à monter. La précision du réglage obtenue peut être ainsi sensiblement inférieure à celle des thermostats. Tout dépend des inerties respectives du bâtiment et de l'installation de chauffage.
On obtient des réglages très satisfaisants par « tout ou rien » et thermostat d'appartement quand l'immeuble et l'installation sont de faible inertie.

 

- Menu chauffage -