Voyage Le Maroc

Le guide de la préparation de vos vacances et séjours au Maroc.


Maroc : (al-Mamlaka al-magribiyya)

État d'Afrique du Nord, sur l'Atlantique et la Méditerranée, limitrophe de l'Algérie; 458730 km² ( 659970 km² en incorporant la partie nord de l'ancien Sahara espagnol); 28,2 millions d' habitants, accroissement naturel: 2 % par an [estimation 1997]; capitale Rabat. Nature de l'État: monarchie constitutionnelle. Langue officielle: arabe (un tiers de la population parle le berbère).

 

Monnaie: dirham marocain. Population: Arabes (environ 70 %), Berbères. Religion: islam sunnite ( 98,6 %). Géographie physique et humaine. - Au nord-ouest s'étend le Maroc atlantique, région de plateaux et de plaines (Plateau central, Gharb, Chaouïa), au climat méditerranéen relativement humide et aux cours d'eau permanents: Sebou, Oum er-R'bia. Ce Maroc utile, qui groupe les deux tiers de la population, est flanqué au nord de la chaîne du Rif, qui retombe sur la Méditerranée par un littoral escarpé et séparé du Maroc oriental (hauts plateaux et vallée de la Moulouya), sec et faiblement peuplé, par la diagonale des chaînes de l'Atlas: Moyen Atlas, Haut Atlas (culminant à 4165 m au djebel Toubkal), Anti-Atlas qui ferme, au sud, la vallée du Sous. Au-delà, dans le Grand Sud, commence le Sahara marocain, ponctué de villes côtières et où vivent des tribus nomades en voie de sédentarisation. La GuadeloupeMalgré la baisse de la natalité, la population est en augmentation; la croissance urbaine est rapide et les villes abritent près de la moitié des habitants. Économie. - Pays du tiers monde, le Maroc dispose cependant de bases économiques diversifiées. L'agriculture emploie 36 % des actifs, mais produit moins du cinquième de la richesse nationale. Les modernes et vastes exploitations des plaines atlantiques, qui exportent vers l'Europe vins, agrumes, fruits et légumes (la concurrence de l'Espagne est vive depuis qu'elle est membre de l'Union européenne), coexistent avec une agriculture traditionnelle de l'intérieur et des montagnes (céréales et élevage extensif des ovins), qui n'a pas atteint l'autosuffisance, en dépit des progrès de l'irrigation. La pêche est importante (sardines surtout). Les phosphates (gisements du Plateau central et du Sahara occidental) sont la grande ressource minière du pays ( 3e producteur et 1er exportateur mondial) et ont permis le développement d'une industrie chimique (engrais, acide phosphorique); s'ajoutent à cela le raffinage, l'industrie alimentaire, le textile, le travail du cuir et des métaux. L'axe Casablanca Rabat Kénitra constitue la première région industrielle nationale. Le Maroc a développé un tourisme balnéaire et culturel dynamique qui fournit plus de 20 % des recettes extérieures (2 millions de touristes par an en moyenne). Phosphates et produits dérivés assurent 40 % des exportations, devant les produits agroalimentaires ( 25 %), mais la balance commerciale est déficitaire car le pays importe du pétrole, des céréales et des biens d'équipement. En 1989, la forte croissance enregistrée les années précédentes a diminué et les déséquilibres financiers se sont aggravés (lourd endettement); la crise liée à la guerre du Golfe a été très préjudiciable au tourisme en 1991. Histoire. - La région reçut l'apport des Phéniciens, dès le XIe siècle avant J.-C., des Carthaginois, puis des Romains, qui annexèrent le royaume des Maures (partie Nord du Maroc) et créèrent la province de Maurétanie Tingitane ( 42 après J.-C.). Le pays, envahi par les Vandales (Ve siècle), conquis et islamisé par les Arabes (début du VIIIe siècle), connut son apogée sous les dynasties berbères des Almoravides et des Almohades qui régnaient aussi sur l'Espagne musulmane (XIe et XIIe siècles). Après 1660, la dynastie arabe des Alaouites, qui règne encore, assit sa domination. Miné par ses divisions internes, le Maroc subit la pression des Européens dès le XVIIIe siècle. La France l'emporta malgré l'opposition allemande (conférence d'Algésiras, 1906, incident d'Agadir, 1911) et imposa son protectorat en 1912, laissant à l'Espagne le Rif et le territoire d'Ifni. Elle pacifia et organisa le pays avec Lyautey, qui contribua à écraser la révolte de Abd el-Krim dans le Rif (1921-1926). Le mouvement nationaliste prit de la force à la faveur de la Seconde Guerre mondiale, sous l'impulsion notamment du parti de l'Istiqlal. Le sultan Mohammed V, déposé en 1953 par la France, fut rétabli en 1955 et obtint l'indépendance (1956). Son fils, Hassan II, exerça le pouvoir à partir de 1961 et pratiqua une politique diplomatique active. La crise franco-marocaine née en 1965 (affaire Ben Barka) se résorba. Les problèmes frontaliers avec l'Algérie, depuis 1963 (les deux pays se combattaient alors pour la possession du Tindouf) persistèrent. À partir de 1975, le roi réussit à renforcer le consensus national grâce à sa politique saharienne: les revendications marocaines sur le Sahara occidental («marche verte», à laquelle participèrent 350000 volontaires en novembre 1975) aboutirent à une occupation militaire et à un affrontement continuel, sous la forme de guérillas, avec les combattants sahraouis du Front Polisario, soutenus par l'Algérie. Malgré l'instauration d'un cessez-le-feu et l'acceptation par les deux parties d'un référendum d'autodétermination proposé par l'ONU et l'O.U.A., le règlement du conflit resta bloqué. Hassan II s'efforça cependant de prolonger le climat d'union nationale: libération de prisonniers politiques, levée de la censure, élection, reconnaissance des partis de l'opposition, dont l'Istiqal. Entre grogne sociale, agitation islamiste et aspiration à la modernité, l'ancrage à l'Europe revêtit une importance stratégique. En 1996, l'adoption d'une réforme constitutionnelle témoigna de la continuité de l'effort pour ancrer le régime dans la modernité politique et économique, face aux pressions intégristes. Ainsi, en novembre 1997, les Marocains élurent, pour la première fois, l'ensemble leurs députés au scrutin universel. Nommé par le roi Hassan II, le socialiste Abderrahmane Youssoufi, prit alors la tête d'un gouvernement de coalition dominé par le centre droit. L'année 1999 fut marquée par le décès du roi Hassan II et par l'intronisation du prince héritier, Sidi Mohammed, sous le nom de Mohammed VI. Dès son arrivée au pouvoir, ce dernier se démarqua de la politique mise en oeuvre par son père à l'égard des opposants, en autorisant le retour au pays d'Abraham Serfaty, expulsé en France en 1991, après dix-sept années de détention au Maroc, ainsi que celui de la famille de Mehdi Ben Barka, le dirigeant de l'opposition assassiné après avoir été enlevé en 1965 à Paris. Ces gestes symboliques furent suivis du limogeage de Driss Basri, ministre de l'Intérieur depuis vingt ans et homme fort du régime marocain sous Hassan II, en charge du dossier sur le Sahara occidental et dont le nom était associé aux années noires de la répression contre les opposants. Porteur de tous les espoirs de modernisation et de réduction des inégalités sociales, le nouveau souverain dut également concilier avec les difficultés rencontrées par le gouvernement, frappé de discrédit en l'absence de résultats tangibles, notamment dans le cas du règlement du conflit l'opposant au Front Polisario à propos de l'organisation du référendum d'autodétermination au Sahara occidental, prévu dans le plan de paix signé en 1991 et qui aboutit à une prolongation de la mission de l'ONU sur ce territoire.

 

    Actuellement
Warning: main(/home/www/3a6a1c13e9eb3ea239f0f35769cdb2c6/web/visiteurs.php) [function.main]: failed to open stream: No such file or directory in /home/bijouxde/alertes-meteo.com/departements_france/maroc.php on line 203

Warning: main() [function.include]: Failed opening '/home/www/3a6a1c13e9eb3ea239f0f35769cdb2c6/web/visiteurs.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/lib/php') in /home/bijouxde/alertes-meteo.com/departements_france/maroc.php on line 203
connecté

© 1999 - 2009  Alertes-météo.com

Mentions légales