République d'Irlande

Le guide de la préparation de vos vacances en République d'Irlande.
 

République d'Irlande : en gaélique Eire :  État d'Europe occidentale; 70280 km²; 3,7 millions d' habitants,  capitale Dublin. Nature de l'État: république parlementaire. Langues officielles: irlandais (gaélique) et anglais. Unité monétaire: euro; monnaie nationale: livre irlandaise (en circulation jusqu'au 1er juillet 2002 au plus tard).

 

 Religion: catholicisme (92,9 %). Économie. - Depuis l'entrée de l'Irlande dans la C.É.E. en 1973, l'économie a connu une évolution rapide. L'agriculture n'emploie plus que 15,7 % des actifs et l'intensification de l'élevage (près de 90 % des recettes agricoles) en a fait une activité fortement excédentaire. La production d'énergie (tourbe, charbon, gaz) ne couvre qu'un peu plus de 50 % des besoins. L'industrie a connu un développement important et s'est diversifiée. L'Irlande compte près d'un millier d'entreprises étrangères, attirées par une main-d'œuvre bon marché et qualifiée et par des avantages fiscaux; elles ont développé des branches exportatrices: agroalimentaire, matériel électrique, électronique, chimie et pharmacie, biens d'équipement. La zone franche de Shannon, dans l'Ouest, est devenue, avec Dublin, le principal centre industriel du pays. L'Irlande bénéficie, en outre, d'un important tourisme international et a développé ses activités de services, qui emploient désormais 55,4 % de la main-d'œuvre. Depuis 1987, la situation économique s'est assainie avec une forte croissance du P.I.B. et une balance commerciale excédentaire; le chômage reste néanmoins élevé. Histoire. - Après deux ans de guerre civile (1922-1923), l'État libre d'Irlande fit d'abord partie du Commonwealth; mais, en 1949, avec la proclamation de la république, ce dernier lien fut rompu. Jusqu'en 1993, deux grands partis se relayèrent à la direction du pays: le Fianna Fáil, parti nationaliste fondé en 1927, par rupture avec le Sinn Féin extrémiste (fondé en 1905), et conduit jusqu' en 1973 par Eamon De Valera et le Fine Gael. À partir de 1969, l'Eire se trouva confrontée au problème de l'Ulster et se débattit dans une situation ambiguë: traditionnellement prête à soutenir les revendications des catholiques de Belfast et à plaider la cause de la réunification de l'Irlande, elle ne pouvait cependant pas approuver les actions terroristes de l'IRA en Ulster. En février 1992, C. Haughey, Premier ministre depuis 1987, fut remplacé par Albert Reynolds (tous deux sont membres du Fianna Fáil). Marquées par un net recul des deux partis historiques au profit des travaillistes, les élections législatives organisées en novembre 1992, qui virent , A. Reynolds former un cabinet de coalition avec ces derniers. Démissionnaire en novembre 1994, il fut remplacé par John Bruton, leader du Fine Gael. L'année 1997 fut marquée par l'arrivée au pouvoir de Mary McAleese et par la victoire aux élections législatives (juin) de l'alliance du Fianna Fáil et des Démocrates progressistes. Son dirigeant, Bertie Ahern, fut ainsi appelé à diriger la coalition de centre droit et poursuivit la politique déjà initiée par son prédécesseur, sans rechercher le soutien du Sinn Féin, mais sans écarter l'éventualité d'une rencontre avec la branche politique de l'IRA. Après la signature, le 10 avril 1998, d'un accord de paix en Irlande du Nord, qu'elle approuva à l'issue d'un référendum organisé en mai, la République d'Irlande prit part à la constitution d'un conseil interministériel Nord-Sud, qui regroupait les responsables exécutifs de Dublin et de Belfast et était chargé d'organiser la coopération entre les deux parties de l'île, et à celle d'un conseil irlando-britannique rassemblant les régions autonomes du Royaume-Uni (Écosse, pays de Galles, Ulster) et l'Angleterre. Le 8 mars 1999, conformément à l'accord de Stormont, signé en 1998, les gouvernements britannique et irlandais ratifiaient à Dublin quatre traités destinés à renforcer leur coopération. Les deux premiers accords entérinèrent la création d'un conseil ministériel nord-sud, celle de six commissions mixtes chargées de faciliter une collaboration dans des domaines plus techniques tel celui de la gestion des voies navigables ou celui du développement économique. Enfin, les deux autres traités prévoyaient un renforcement des liens entre les deux entités grâce à l'institution d'un conseil mixte de parlementaires, ainsi que celle d'une conférence intergouvernementale permettant aux dirigeants des deux parties de se rencontrer régulièrement lors de sommets. En juillet, l'ensemble du processus de paix fut remis en question. En effet, le Parti unioniste des protestants d'Ulster (UUP), dirigé par David Trimble, que les urnes avaient désigné, en juin 1998, comme Premier ministre du gouvernement régional, refusa de former un exécutif nord-irlandais avec les républicains du Sinn Féin, sans l'adoption d'un mécanisme garantissant leur exclusion, si l'Armée républicaine irlandaise (IRA) ne restituait pas ses armes selon un calendrier précis. Toutefois, le 29 novembre, le premier gouvernement autonome et multiconfessionnel d'Irlande du Nord vit le jour. Dirigé par David Trimble, chef du Parti unioniste de l'Ulster (UUP), il était composé d'un vice-Premier ministre catholique et nationaliste, Seamus Mallon, et de dix ministres - cinq protestants et cinq catholiques, dont deux membres du Sinn Féin, parmi lesquels Martin McGuiness, ancien commandant de l'Armée républicaine irlandaise (IRA). Parallèlement, les délégués de l'UUP approuvèrent le compromis proposé par le médiateur américain, George Mitchell, et accepté par David Trimble et Gerry Adams, dirigeant du Sinn Féin, selon lequel l'IRA acceptait d'accélérer son désarmement, qui devrait s'achever, comme celui des milices protestantes, au plus tard en mai 2000. À la fin de l'année, le gouvernement britannique transféra une grande partie de ses pouvoirs d'administration directe sur l'Irlande du Nord au nouveau gouvernement régional. La définition du budget, la politique monétaire, les affaires étrangères et la défense demeurèrent toutefois du ressort de Londres. De son côté, l'Armée républicaine irlandaise (IRA) donna un nouveau gage de sa bonne volonté en nommant un représentant auprès de la commission chargée du désarmement des milices. Le 11 février 2000, de nouveaux désaccords entre les différentes parties conduisirent le gouvernement britannique à suspendre l'ensemble des institutions nord-irlandaises nouvellement établies. Cette décision fut immédiatement suivie du retrait de l'IRA de toute négociation avec la commission internationale des milices et de l'annulation de toutes les propositions faites ultérieurement. Le cessez-le-feu fut cependant maintenu.

 

 

    Actuellement
Warning: main(/home/www/3a6a1c13e9eb3ea239f0f35769cdb2c6/web/visiteurs.php) [function.main]: failed to open stream: No such file or directory in /home/bijouxde/alertes-meteo.com/departements_france/republique-irlande.php on line 175

Warning: main() [function.include]: Failed opening '/home/www/3a6a1c13e9eb3ea239f0f35769cdb2c6/web/visiteurs.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/lib/php') in /home/bijouxde/alertes-meteo.com/departements_france/republique-irlande.php on line 175
connecté

© 1999 - 2009  Alertes-météo.com

Mentions légales