Voyage Mexique

Le guide de la préparation de vos vacances et séjours au Mexique.

 

 

Mexique :

État fédéral de l'Amérique septentrionale et centrale, sur le Pacifique et l'Atlantique (golfe du Mexique); 1972547 km²; 99,7 millions d' habitants, dont un tiers hispano-américains (31426000 habitants en 1957), accroissement naturel : 2,2 % par an, capitale Mexico. Nature de l'État: république fédérale de type présidentiel. Langue officielle: espagnol. Monnaie: peso mexicain. Population: métis ( 59,2 %), Amérindiens ( 29,9 %), origines européennes ( 9,8 %).

 

 

 Religion: catholicisme majoritaire. Géographie physique et humaine. - Au nord du pays, de hauts plateaux, situés vers 1000 mètres, sont encadrés par la sierra Madre occidentale et par la sierra Madre orientale. Ces unités de relief convergent vers le sud, pour former un ensemble de hautes terres (bassins et plateaux), situé entre 1700 et 2600 mètres et que dominent de puissants volcans: Orizaba ( 5700 m), Popocatepetl ( 5452 m). L'ensemble est bordé de plaines côtières, étroites sur le Pacifique, plus larges sur le golfe du Mexique. Le climat tropical, aride au nord-ouest (déserts du Sonora et de Basse Californie centrale), chaud et humide au sud (tierras calientes), est tempéré par l'altitude dans les hautes terres qui, dans le triangle Puebla, San Luis Potosí, Guadalajara, groupent la majorité des habitants du pays (dont le district de Mexico, l'une des plus importantes concentrations urbaines du monde, avec près de 18 millions d' habitants) [1994]. La population augmente encore, en dépit d'une baisse notable de la natalité. Cette croissance alimente un puissant exode rural et une explosion urbaine incontrôlée ( 71,1 % de citadins), ainsi qu'une importante émigration clandestine vers les États-Unis (plusieurs centaines de milliers de personnes par an). Économie. - Quatrième puissance économique du tiers monde, le Mexique dispose d'une agriculture diversifiée (maïs, blé, haricots, pommes de terre, élevage bovin), qui emploie le quart des actifs; il exporte du café, du coton, des fruits et légumes et des boissons; cependant l'autosuffisance n'est pas atteinte. Les ressources du sous-sol sont importantes: argent ( 1er rang mondial), cuivre, fer, zinc, plomb, et surtout pétrole ( 5e producteur mondial)  et gaz. La gamme industrielle est large, les industries de base étant le plus souvent aux mains de l'État. Dans les années 80, le secteur de la sous-traitance est développé et la dépendance vis-à-vis des capitaux nord-américains est considérable; le réseau de communication s'est amélioré, le tourisme gagne en importance. Sans remédier aux inégalités sociales et à la corruption, les privatisations et la déréglementation douanière, encourageant l'investissement de capitaux étrangers, permettent à l'économie, durant la décennie 90, de se diversifier et de se moderniser. En 1994, le Mexique forme l'ALENA avec les États-Unis et le Canada, mais connaît en décembre une grave crise financière (chute du peso de 40 %), qui lui vaut le soutien de la communauté internationale, mais lui impose, en mars 1995, un plan de rigueur draconien. Histoire. - Au Ier millénaire après J.-C., les Mayas fixés aux confins du Mexique, du Guatemala et du Honduras créent une grande civilisation fondée sur des cités États. À partir du XIe siècle, des vagues d'envahisseurs venus du nord provoquent de longs bouleversements. Les derniers venus, les Aztèques (ou Mexicas), soumettent les peuples voisins, s'établissent sur le plateau central et fondent Tenochtitlán, centre d'une vaste confédération. De 1519 à 1525, l'Espagnol H. Cortés triomphe des chefs aztèques. Le territoire conquis, baptisé Nouvelle-Espagne, va s'étendre jusqu'à la Californie. La population indienne, convertie par les franciscains, est considérablement réduite par les massacres et le travail forcé, mais la société coloniale se métisse peu à peu. À partir de 1810, des révoltes paysannes agitent le pays. Rejoignant finalement les insurgés, les créoles, menés par Iturbide, obtiennent l'indépendance (1821). Santa Anna renverse Iturbide qui s'est proclamé empereur et instaure une république en 1824. Le rôle de l'armée va rester prépondérant: les dissensions internes favorisent les pronunciamientos et les dictatures militaires. L'annexion du Texas par les États-Unis (1845) provoque une guerre (1846-1848) qui se solde par la perte de la haute Californie, de l'Arizona et du Nouveau-Mexique. Après une violente guerre civile (1858-1861), la victoire des libéraux anticléricaux (Juárez) entraîne l'intervention de la France. La dictature de Porfirio Díaz (1876-1911) est suivie d'une longue révolution (1911-1920) qui plonge le pays dans le chaos. Pancho Villa au nord, Zapata au sud mènent ainsi de longs soulèvements paysans. Les présidents Madero (1911-1913), Carranza (1917-1920) et Obregón (1920-1924) sont assassinés. Le président Calles (1924-1928) provoque par sa politique anticatholique le soulèvement des «cristeros»; il fonde le parti qui deviendra le Parti révolutionnaire institutionnel (P.R.I.), encore au pouvoir aujourd'hui. Lázaro Cárdenas (1934-1940) démocratise la vie politique, accélère la distribution des terres et nationalise le pétrole (1938). Ses successeurs poursuivent la modernisation du pays, développent la scolarisation et l'hygiène, mais la réforme agraire et la demande d'une libéralisation provoquent de graves conflits (répression des manifestations étudiantes à Mexico, en 1968). La crise économique, succédant aux illusions du boom pétrolier, accélère le déclin du régime sous les présidences de José López Portillo (1976-1982), et Miguel de La Madrid (1982-1988). Carlos Salinas de Gortari (1988-1994) met en oeuvre une stratégie de rupture sur le plan économique (arrêt des subventions, appel aux investisseurs étrangers et fin du protectionnisme): le Mexique signe, en 1992, l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). La persistance des problèmes économiques et la résurgence de la question indienne (insurrection du Chiapas, en janvier 1994) marquent les limites des réformes du pouvoir, qui repose sur le président Ernesto Zedillo Ponce De León, élu en 1994. Vingt-cinq ans après l'insurrection lancée par le Parti des pauvres dans l'État du Guerrero et après une première apparition le 28 juin 1996, lors d'une cérémonie officielle, l'Armée populaire révolutionnaire (E.P.R.) réaffirme sa présence en s'opposant aux troupes régulières. La victoire du Parti démocratique (PRD, opposition de gauche) qui obtient la majorité des sièges à l'Assemblée nationale à issue des élections législatives organisées le 6 juillet 1997 et voit son candidat, Cuauhtémoc Cardenas, élu à la mairie de Mexico, sonnent la fin de l'hégémonie du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) au pouvoir depuis 1929. En dépit de l'amélioration des indicateurs macroéconomiques (hausse du PIB, baisse de l'inflation et du taux de chômage), les Mexicains ont voulu sanctionner l'écart toujours plus grand entre les riches et les pauvres. Marquée par un nouveau massacre d'Indiens au Chiapas, la fin de l'année 1997 l'est aussi par les résultats de l'enquête qui mettent directement en cause un des membres du gouvernement. Cherchant une issue au conflit, le président Ernesto Zedillo, propose quelques mois plus tard ( mars 1998), une révision des droits des peuples autochtones, en matières juridique, culturelle et économique, en soumettant au Parlement plusieurs amendements à la Constitution. En 1999, le pays, qui compte déjà plus de 40 millions de pauvres, dont 26 millions sont considérés comme vivant en dessous du seuil de pauvreté, a été durement éprouvé par les catastrophes naturelles. Après une période de sécheresse sans précédent depuis 45 ans, des inondations et trois tremblements de terre, qui ont fait 600 victimes et près de 500000 sans-abri, la reprise économique tant attendue, s'annonce compromise. Afin de se prémunir contre les effets de la traditionnelle crise économique qui précède la fin de chaque mandat présidentiel (les prochaines élections ont lieu en l'an 2000), le gouvernement est contraint de faire une nouvelle fois appel à l'aide internationale. Il doit également faire face au coût de la faillite du secteur bancaire, dont le sauvetage entrepris en 1994 a avorté, et pour lequel les sommes allouées ont été intégrées à la dette publique. Sous le coup des critiques de l'opposition, qui le taxe de corruption et d'autoritarisme, le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), parti gouvernemental, voit toutefois sa position confortée à l'issue des élections primaires organisées pour la première fois dans l'histoire du pays, lorsque son candidat, Francisco Labastida, devance tous ses adversaires. Au début de l'année 2000, le malaise social s'accentue, à l'image des manifestations estudiantines organisées pour protester contre la hausse des droits d'inscription et qui se terminent par de violents affrontements entre étudiants grévistes et forces de police. Le 2 juillet 2000, le candidat du Parti d'action nationale (PAN), Vicente Fox remporte les élections et succède à Ernesto Zedillo à la présidence du pays.


Golfe du Mexique : mer bordière de l'Atlantique, cernée par la côte S. des États-Unis, le N. du Mexique, le Yucatán et Cuba; 1544000 km². Le Gulf Stream y prend naissance.

 

 

 

 

    Actuellement
Warning: main(/home/www/3a6a1c13e9eb3ea239f0f35769cdb2c6/web/visiteurs.php) [function.main]: failed to open stream: No such file or directory in /home/bijouxde/alertes-meteo.com/departements_france/sejour-mexique.php on line 256

Warning: main() [function.include]: Failed opening '/home/www/3a6a1c13e9eb3ea239f0f35769cdb2c6/web/visiteurs.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/lib/php') in /home/bijouxde/alertes-meteo.com/departements_france/sejour-mexique.php on line 256
connecté

© 1999 - 2009  Alertes-météo.com

Mentions légales