Irlande du Nord ou Ulster

Le guide de la préparation de vos vacances en Irlande du Nord ou Ulster.


Irlande du Nord ou Ulster : partie du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord; 13600 km²; 1583000 habitants; chef-lieu Belfast. Religions: protestantisme (50 %), catholicisme (officiellement 30 %, 40 % selon certaines estimations). - Cette région se consacre à l'élevage, dont les produits sont exportés vers la Grande-Bretagne.

 

Les industries textile et mécanique (constructions navales, aviation), importantes dans les années 60, sont en régression; le climat d'insécurité ne favorise pas la venue de capitaux extérieurs. Le chômage est aussi important qu'en Eire. En fait, la province vit grâce aux subsides de la Grande-Bretagne. La vie politique fut marquée par la vive tension entre les communautés protestante et catholique, qui, depuis les grandes émeutes de Belfast et Londonderry en 1968 et 1969, avait pris une tournure très violente (près de 3000 morts depuis 1970). Le conflit était également social, les catholiques étant les plus nombreux dans les couches pauvres de la population. Devant l'impuissance des gouvernements d'Irlande du Nord, Londres, dont l'armée assurait le maintien de l'ordre depuis 1969, mit fin à l'autonomie de l'Irlande du Nord (mars 1972) qui était administrée directement de Londres. Le terrorisme n'en diminua pas pour autant, qu'il fut le fait de l'IRA (assassinat de Lord Mountbatten, août 1979) ou des extrémistes protestants (attentat contre Bernadette Devlin, janvier 1981). Réclamant le statut de prisonniers politiques, plusieurs détenus catholiques entreprirent en 1981 une grève de la faim qui, face à l'intransigeance de Mme Thatcher, se termina tragiquement. Après une période d'accalmie, l'IRA reprit ses actions violentes: en octobre 1984, au Grand Hôtel de Brighton, où se tenait un congrès du parti conservateur britannique, Mme Thatcher échappa à un attentat. Parallèlement, le Sinn Féin (aile «officielle» de l'IRA), dont le projet politique s'affirmait de plus en plus nettement socialiste, adopta en 1985 une stratégie électorale offensive: il fit son entrée dans les institutions locales (trois représentants du Sinn Féin siègeaient même à la Chambre des communes, à Londres). Malgré le cessez-le-feu décrété par l'IRA en août 1994, puis en juillet 1997, la reprise des attentats empêcha toute tentative de négociation d'aboutir, ne laissant entrevoir aucun règlement pacifique du conflit. Cependant, le début de l'année 1998 fut marqué par la reprise des négociations : Bertie Ahern et son homologue britannique, le Premier ministre Tony Blair, proposèrent un plan de paix pour l'Irlande, instituant notamment un Conseil intergouvernemental, incluant des représentants des deux gouvernements, des membres de l'administration de l'Irlande du Nord, du pays de Galles et de l'Écosse, ainsi qu'un Conseil interministériel Nord-Sud, regroupant les responsables exécutifs de Belfast et de Dublin. Émaillés de nombreuses interruptions, notamment l'exclusion provisoire du Sinn Féin, les pourparlers pour la paix en Irlande du Nord aboutirent, après trente ans de guerre civile et sous la médiation du président américain Bill Clinton, à la signature, le 10 avril, d'un accord de paix historique.

Soumis à un référendum en Ulster et en République d'Irlande, l'accord de Stormont obtint l'assentiment massif de la population en mai (le 22). Le 1er juillet, les 108 membres de l'Assemblée semi-autonome nouvellement constituée, désignèrent David Trimble, chef de l'UUP, parti unioniste modéré, à la tête du gouvernement, tandis que Seamus Mallon, numéro deux du SDLP, parti catholique modéré, était nommé vice-Premier ministre. Cependant, le siège de Portadown (Ulster) par les Orangistes en juillet, la mort quelques jours plus tard, de trois personnes dans le bourg protestant de Ballymoney, suivie de celle de 28 autres lors d'un attentat commis à Omagh et revendiqué par le groupe extrémiste dissident IRA-véritable en août, entachèrent la paix nouvellement instaurée. Malgré tout, cette année prit fin sur une note d'espoir, avec la remise, par le Comité Nobel du Parlement norvégien, du prix Nobel de la paix à ceux qui avaient défendu cette noble cause : John Hume, représentant du Parti travailliste d'Irlande du Nord (SDLP, nationaliste et catholique) et David Trimble, responsable du Parti unioniste (UUP, protestant modéré). En 1999, l'assassinat d'un agent de renseignement de l'IRA et un attentat revendiqué par un groupuscule protestant hostile à l'accord de Stormont, dans le comté de Londonderry, ravivèrent une fois encore les tensions entre les deux communautés. Ainsi, leurs principaux dirigeants, le Premier ministre et dirigeant du parti protestant, David Trimble, et Gerry Adams, président du Sinn Féin, s'opposèrent sur la mise en oeuvre du désarmement de l'IRA et sur l'attribution, comme le prévoyait l'accord, d'un nombre équitable de sièges gouvernementaux aux membres du mouvement nationaliste républicain. Toutefois, le 29 novembre, le premier gouvernement autonome et multiconfessionnel d'Irlande du Nord vit le jour. Dirigé par David Trimble, il était composé d'un vice-Premier ministre catholique et nationaliste, Seamus Mallon, et de dix ministres - cinq protestants et cinq catholiques, dont deux membres du Sinn Féin, parmi lesquels Martin McGuiness, ancien commandant de l'Armée républicaine irlandaise (IRA). Parallèlement, les délégués de l'UUP approuvèrent le compromis proposé par le médiateur américain, George Mitchell, selon lequel l'IRA acceptait d'accélérer son désarmement, qui devrait s'achever, comme celui des milices protestantes, au plus tard en mai 2000. À la fin de l'année, le gouvernement britannique transféra une grande partie de ses pouvoirs d'administration directe sur l'Irlande du Nord au nouveau gouvernement régional. De son côté, l'Armée républicaine irlandaise (IRA) donna un nouveau gage de sa bonne volonté en nommant un représentant auprès de la commission chargée du désarmement des milices. Le 11 février 2000, de nouveaux désaccords entre les différentes parties conduisirent le gouvernement britannique à suspendre l'ensemble des institutions nord-irlandaises nouvellement établies. Cette décision fut immédiatement suivie du retrait de l'IRA de toute négociation avec la commission internationale des milices et de l'annulation de toutes les propositions faites ultérieurement. Après de nouvelles négociations, David Trimble, soutenu par la majorité des membres du gouvernement (53 % des voix), obtint, le 29 mai, du pouvoir britannique, le rétablissement des institutions nord-irlandaises. Néanmoins, leur avenir demeurait suspendu à la promesse faite par l'IRA (le 6 mai), de mettre elle-même ses arsenaux «hors d'usage» et d'ouvrir quelques-unes de ses caches d'armes à des personnalités mandatées par la commission internationale mise en place pour contrôler le désarmement des milices paramilitaires. Confronté au refus d'un désarmement effectif, David Trimble se voyait contraint d'annoncer sa démission, en juin 2001, du poste de chef de gouvernement de l'Ulster. Pourtant, en octobre, le processus de paix semblait prendre une réalité plus durable avec l'annonce par l'IRA d'un désarmement effectif, vérifié par une commission indépendante. Ce geste historique, salué par le Premier ministre britannique ainsi que par les États-Unis, a incité David Trimble à reprendre ses fonctions au gouvernement.

 

 

    Actuellement
Warning: main(/home/www/3a6a1c13e9eb3ea239f0f35769cdb2c6/web/visiteurs.php) [function.main]: failed to open stream: No such file or directory in /home/bijouxde/alertes-meteo.com/departements_france/ulster.php on line 193

Warning: main() [function.include]: Failed opening '/home/www/3a6a1c13e9eb3ea239f0f35769cdb2c6/web/visiteurs.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/lib/php') in /home/bijouxde/alertes-meteo.com/departements_france/ulster.php on line 193
connecté

© 1999 - 2007  Alertes-météo.com

Mentions légales