Le risque d'avalanche

 

Image10.jpg (33588 octets)

Connaissance et suivi des avalanches

aval10.jpg (40322 octets)

 

aval06.jpg (49368 octets)

Photos Joe Royer

Février 1999 : Avalanches meurtrières dans les alpes

Gigantesque avalanche en Autriche: 55 disparus

Une gigantesque avalanche s'est abattue mardi après-midi sur une petite ville du Tyrol, dans l'ouest de l'Autriche, et 55 personnes seraient ensevelies sous la neige, selon l'armée.

Quatre maisons ont été emportées par l'énorme coulée de neige qui s'est abattue peu après 16h00 sur Galtuer, une ville située dans la vallée de Paznaun, dans la province occidentale du Tyrol.

Avalanche dans le Valais (Suisse)

Le bilan d'une avalanche qui a enseveli une dizaine de chalets dimanche près du village d'Evolène, s'établissait à sept morts et trois disparus. Les chances de survie de ces derniers sont jugées faibles.

Avalanche a Chamonix

Douze morts dans l'avalanche

Une avalanche de 200 mètres de large a balayé le hameau du Tour à Chamonix (Haute- Savoie), faisant douze victimes. Là où étaient construits 17 chalets, il ne reste plus qu'une trouée blanche et des morceaux de bois. La destruction est totale. Partie à 2400 mètres d'altitude, l'avalanche a dévalé le versant, franchi la rivière l'Arve pour finir sa course sur le versant opposé. Les dégâts inouies ont été provoqués par le souffle de l'avalanche de poudreuse. Provoquée par l'instabilité d'un manteau neigeux important ( 2.10 m de neige fraîche tombée en 72 heures), la coulée de neige a englouti les débris des constructions et les victimes sur une épaisseur de 6 mètres; le volume considérable de neige et la route d'accès coupée rendant les opérations de secours difficiles.

Une telle catastrophe a suscité de nombreuses interrogations sur son caractère prévisible. Le hameau du Tour se trouvait dans une zone considérée comme protégée des risques d'avalanche, où les constructions étaient parfaitement autorisées ! (voir ci-dessous)

© Souchard Jérôme


Les failles des plans de prévention

Avec ses fortes probabilités d'avalanche et d'inondation, Chamonix fait partie des quelque 1 800 communes auxquelles la loi Barnier de 1995, reprenant les textes législatifs de 1982, impose l'établissement d'un plan de prévention des risques (PPR). Ce plan, prescrit par la préfecture du département où se situe la commune, délimite les zones exposées aux catastrophes naturelles prévisibles et prévoit les mesures de prévention à mettre en oeuvre par les propriétaires et les collectivités locales. Trois périmètres sont prévus. En zone rouge toute construction nouvelle est interdite. En zone bleue on peut construire mais sous réserve de prescriptions particulières. En zone blanche, le risque étant restreint, aucune contrainte n'est exigée. Élaboré dès 1987 et approuvé par le préfet le 14 mai 1992, le PPR de Chamonix — premiers à avoir été mis en place en France— couvre un tiers de son territoire urbanisable, soit quelque 300 hectares, et fait désormais partie du plan d'occupation des sols (POS) de la commune, comme l'exige la loi. Autrement dit, toute nouvelle urbanisation en dépend. Mais pourquoi la vallée de l'Arve, où est situé le hameau sinistré du Tour, n'est-elle inscrite qu'en zone blanche alors qu'elle avait déjà connu en 1908 une catastrophe similaire et qu'une avalanche dans un autre couloir avait tué cinq personnes au Tour en 1978 ? La réponse se trouve dans la façon même de dessiner un périmètre des risques. Les services de la préfecture établissent tout d'abord la carte des " aléas ", c'est-à-dire des accidents qui se sont produits ou qui sont prévisibles, puis la carte des sites vulnérables. Mais, contrairement à ce qu'on pourrait croire, le périmètre retenu pour ces sites n'est pas toujours calqué sur la carte des aléas. Le résultat, c'est plutôt la "carte négociée " qui tient compte également des enjeux économiques de la commune et de ses projets d'aménagement. Un site peut ainsi échapper au " zonage", même si, par le passé, il a été considéré comme sensible.

Dévaluation des biens et expropriations

En ne s'en tenant qu'à la carte des "aléas ", la vallée de l'Arve — sujette aux avalanches mais aussi aux inondations— aurait pu être classée en zone rouge. Difficile, ici comme dans toutes les communes concernées par les catastrophes naturelles, de le faire admettre aux habitants qui doivent subir dévaluation de leurs biens et expropriations. Ce qui explique la lenteur avec laquelle certains PPR ont été réalisés. Pourtant, à la mairie de Chamonix, tout comme au ministère de l'Environnement, on assure que le PPR de la commune est, depuis plusieurs mois, en révision pour mieux tenir compte des risques, même exceptionnels. Le hameau du Tour va se

retrouver en zone rouge. L'ampleur de la catastrophe, mardi dernier, fera sans doute accepter cette décision sans l'ombre d'une opposition.

Jacqueline MEILLON © Le Parisien 1999

avalanche

 

 

www.alertes-meteo.com

Moteur de recherche

Plan du site

Contact

Accès membres

 

© 1999 - 2005  Alertes-météo.com - Tous droits réservés
Révision : 11 septembre 2005