Comment la rosée ou la gelée blanche se forment-elles ?

 

Dans la mesure où la situation s'y prête (air pas trop sec, temps plutôt anticyclonique, et nuages peu nombreux), un refroidissement nocturne suffisant provoquera la saturation, c'est-à-dire la condensation de la vapeur d'eau devenue excédentaire.

Si le vent est calme (moins de 5 km/ h), le refroidissement sera intense, mais limité aux abords immédiats du sol. La saturation sera possible même avec une humidité modérée, et se produira au niveau de la végétation. La condensation de la vapeur d'eau contenue dans Pair en contact avec celle-ci aboutira à un dépôt de rosée.

Si les gouttes de rosée viennent ensuite à geler, on l'appellera rosée blanche. Si la saturation de l'air se produit alors que le sol est déjà à une température inférieure à zéro, il y aura formation de gelée blanche.

 

La gelée blanche, selon la définition officielle, est un dépôt de glace affectant le plus souvent la forme d'écailles, d'aiguilles, de plumes, ou d'éventails. Elle se produit généralement en automne ou au printemps, et résulte d'une transformation quasi-immédiate de la vapeur d'eau excédentaire à l'état solide.

Il existe une autre forme de rosée, appelée communément buée, qui se forme lorsqu'un air chaud et humide entre en contact avec un objet froid.

 

|Le givre menu|

 

 

 

© 1999 - 2007  Alertes-météo.com - Tous droits réservés
Révision : 13 août 2007