PEUT-ON PRÉVOIR LES GRANDES ANOMALIES CLIMATIQUES ?

 

 

  On a souvent cherché, en vain, à déceler des périodicités dans l'apparition des grands événements climatiques tels que les hivers glacials, les étés brûlants, ou les sécheresses persistantes.

 

 

 

La France a connu récemment trois hivers rigoureux consécutifs, avec des points culminants de froid en janvier 1985, février 1986, et janvier 1987. Auparavant les épisodes froids les plus marquants ont été ceux de février 1956, décembre 1962, février 1963, et décembre 1970, janvier 1971. Cette liste est proposée à titre indicatif. En fait, il n'est pas facile de définir ce qu'est exactement un hiver rigoureux. Celui de 1955/56 a été globalement normal, avec un mois de février extrêmement froid. Celui de 1962/63 n'a pas fourni autant de records, mais le froid a duré longtemps.

Les vagues de froid qui affectent la côte est des U.S.A. (New York) sont beaucoup plus intenses que chez nous, car l'air d'origine polaire peut rester à des températures très basses en survolant le Canada enneigé. Ces épisodes glacials, contrairement aux craintes de personnes mal informées, ne peuvent jamais se décaler ensuite vers la France. Même si des vents « favorables » faisaient dévier cet air froid vers l'Europe, il se réchaufferait automatiquement en passant au-dessus de l'océan. Il est en revanche possible que deux vagues de froid se produisent simultanément en France et sur une partie des U.S.A.  


Les Grands Mystères de l'Humanité
1,80 € SEULEMENT

Après cinq étés torrides très rapprochés, en 1945, 1947, 1949, 1950, et 1952, la France n'a retrouvé des chaleurs vraiment exceptionnelles que durant les mois de juillet 1982 et 1983. La sélection des étés chauds est cependant toujours discutable. Ceux de 1976 et 1989, par exemple, n'ont pas laissé beaucoup de traces dans les listes de records, mais se sont caractérisés par une chaleur soutenue et une sécheresse sévère. Celle de 1989 s'est d'ailleurs prolongée jusqu'en 1992.

Tous ces événements climatiques n'obéissent pas à une loi cyclique simple. Ils ne sont pas non plus dus au hasard, mais cela nous apparaît comme tel, dans la mesure où l'on n'a pas encore pu en découvrir les mécanismes. Les météorologues sont capables de prévoir la persistance d'une anomalie climatique chaque semaine pour la suivante, mais pas de prévoir  ni même d'expliquer l'événement dans son ensemble. De nombreuses hypothèses sont régulièrement proposées, aucune ne s'avère cependant réellement convaincante. Et si l'astronome peut s'offrir le luxe d'annoncer les dates des éclipses du prochain siècle, le météorologue, lui, ignore encore tout du prochain hiver. Les seules indications disponibles pour l'instant sont les « normales » climatologiques. Celles-ci ne sont toutefois que des moyennes provenant de situations fort dissemblables. Et les moyennes n'ont jamais vraiment aidé à résoudre les problèmes particuliers.  

Sur l'ensemble de l'année, la configuration moyenne des cartes météorologiques se compose d'un anticyclone aux Açores, d'une dépression près de l'Islande, et d'un courant d'ouest à nos latitudes tempérées, permettant aux perturbations pluvieuses de circuler d'ouest en est. Une telle situation, dite zonale, se caractérise en altitude par une prédominance très marquée des vents d'ouest, et se traduit au sol par des températures à peu près normales pour la saison.

Lorsqu'un anticyclone vient à se développer à la place habituelle du courant perturbé, celui-ci est obligé de se dévier vers le nord ou vers le sud, et prend ainsi un mouvement oscillatoire. Les vents en altitude continuent à se diriger globalement d'ouest en est, mais soufflent aussi en certaines zones vers le nord ou vers le sud. Une telle situation, dite méridienne, se traduit au sol par des températures souvent éloignées de la normale, et par une certaine sécheresse au niveau de l'anticyclone de blocage.

  Kelavenir

Les épisodes très chauds, très froids, ou très secs sur la France ne sont pas amenés par des situations météorologiques semblables, mais elles possèdent un point commun, celui de comporter un anticyclone persistant sur la France ou aux alentours immédiats, et d'appartenir généralement à la famille des situations méridiennes. Dans le cas d'une sécheresse s'étalant sur plusieurs mois, l'anticyclone en question disparaît certes de temps à autre, mais avec à chaque fois une tendance à se reformer peu de temps après. 

Le mécanisme qui déclenche le passage d'une situation zonale à une situation méridienne, et inversement, n'a pas encore été découvert. L'une des clefs donnant accès à des possibilités de prévision à longue échéance réside. pourtant dans cette découverte.

A lire aussi : Nostradamus

puceLes grands hivers en France de 1950 -> 2000

puceLes grands hivers en France de 1900 -> 1950

puceLes grands hivers en France de 1800 -> 1900

puceLes grands hivers en France de 1400 -> 1800

puceLes grands hivers en France de 763 -> 1400

puceLes grands hivers en France de -51 -> 762

 

 

 

 

 

© 1999 - 2009  Alertes-météo.com - Tous droits réservés
Révision : 29 septembre 2008