Chaînes hi-fi compactes

Vous avez besoin d'un d'une chaîne Hi Fi compactes ? Pour en posséder une, il faut débourser autour de 130 à 150 euros, inutile de dépenser plus pour acquérir une chaîne. Et, à ces tarifs-là, on ne peut évidemment pas s'attendre à ce qu'elle restitue un son exceptionnel. Le niveau d'ensemble reste en effet très moyen. La faute notamment aux petites enceintes. Avec de tels volumes, il est physiquement difficile, voire impossible, de restituer un son de bonne qualité.

Malgré tout, les sept appareils alignés au départ de notre essai comparatif ne se valent pas tous. De fait, notre test garde tout son sens. Et livre quelques indications intéressantes. Ces appareils tout en un (ampli, lecteur CD/K7, radio...) s'adressent en priorité à des amateurs occasionnels de musique ou à des adolescents qui s'équipent pour la première fois. Ces chaînes pourront aussi équiper une résidence secondaire. Bref, un achat sympa, sans prétention mais tout de même bien utile pour écouter la radio ou quelques CD.

Caractéristiques courantes :

Câbles d'enceinte : Selon les modèles, la longueur varie de 1,40 à 2 m.  Le Panasonic propose une bi amplification (les graves sont dissociés du reste du spectre). Un système, souvent présent sur les appareils haut de gamme, qui nécessite deux câbles par enceinte au lieu d'un.

Source extérieure : L'amplificateur des deux JVC, du Philips et du Akaï peut se connecter à une source extérieure. Utile pour qui veut brancher son téléviseur afin de disposer d'un meilleur son.

Stations : Tous les appareils captent les stations de radio diffusées en modulation de fréquence (FM) et en modulation d'amplitude (AM, ondes moyennes). Pour les grandes ondes, seul le modèle Philips répond présent.

 

Lecteur K7 : L'Akaï et le JVC UX-GD6M n'en sont pas dotés. Une absence que le second compense par un lecteur de DVD. En le reliant au téléviseur, on bénéficie alors du son de la chaîne.

Ampli : Un bon ampli doit être assez puissant pour pouvoir restituer un signal sans lui apporter une dégradation supérieure à 1%. Un seuil déjà élevé, car de nouvelles distorsions seront engendrées par les enceintes. Tandis que l'ampli du Akaï développe seulement 2,5 W, celui du JVC UX-GD6M atteint les 21 W. La puissance des amplis testés reste très limitée. On relève la puissance développée par l'amplificateur pour restituer le signal reçu sans le dégrader de plus de 1%.

Différence de niveau : La chaîne délivre-t-elle un même niveau de son, quelle que soit la sortie sélectionnée (tuner, lecteur CD...)? Certes, les différences éventuelles ne constituent pas un réel défaut. Mais quoi de plus désagréable que d'avoir une enceinte qui vous hurle brusquement dans les oreilles quand on passe d'une source à l'autre ! Sur trois modèles, il n'y a pas à le redouter, les différences de niveau demeurant mineures. On évalue la capacité de la chaîne à délivrer un même niveau de signal, quelle que soit la sortie sélectionnée (tuner, lecteur CD...).

Rapport signal/bruit : Le JVC UX-GD6M se distingue. Pour les autres appareils, les valeurs mesurées sont correctes. Le bruit de fond introduit par l'ampli sur le signal d'origine est mesuré. L'appareil lit un CD dont le signal test est de 1kHz et la puissance de 1 watt.

 

 

Astuce page principale