Poêles à pétrole

L'hiver approche le poêles à pétrole solution idéale pour se chauffer en tout tranquillité.

Montée en température : ultrarapide. Pas de doute, c'est le gros point fort des poêles à pétrole. Le mieux noté, le Tectro, chauffe la pièce en six minutes seulement et permet d'obtenir une température ambiante de 20°C de façon homogène. C'est une excellente performance que la concurrence ne parvient pas à réaliser. Les appareils notés deux "étoiles" ont besoin de près de 30 minutes pour monter à 20°C. Les modèles classés une "étoile" mettent plus d'une heure - c'est le cas du Zibro Kamin, auquel il faut 1h 20 -, ou ne chauffent pas la pièce de façon uniforme, c'est le cas du Dyna-Glo.


Maintien de la température : avantage à l'électronique : Les poêles électroniques disposent d'un système de régulation censé assurer le maintien de la température au niveau sélectionné. Ils disposent par ailleurs d'une soufflerie qui diffuse l'air chaud. Le résultat est là. Les trois modèles électroniques maintiennent la température ambiante à 20 °C pendant les sept heures d'enregistrement. Petit bémol cependant pour le poêle Biurtu, qui est monté jusqu'à 25 °C avant de se stabiliser à 20 °C. Les poêles à mèche éprouvent, en revanche, de sérieuses difficultés : le poêle Dyna-Glo se stabilise à 27 °C, c'est beaucoup. Le Zibro Kamin monte lentement en température tout au long de l'essai, il est à 22 °C au bout de sept heures.


Émissions de gaz : à surveiller : Monoxyde de carbone (CO)
C'est un risque majeur en cas de dysfonctionnement ou de mauvaise combustion. Tous les convecteurs à pétrole dégagent du CO mais de façon trop minime pour présenter un risque quand ils sont notés deux "étoiles". Dans ce cas, les émissions restent inférieures à 5ppm et on ne constate pas d'augmentation des quantités rejetées après quelques heures de fonctionnement. Le poêle à pétrole Biurtu frôle le seuil de 10ppm, soit la valeur guide recommandée par l'OMS pour une durée d'exposition de huit heures. Le Dyna-Glo présente des risques inacceptables. Il est disqualifié et nous le déconseillons formellement. Après trois heures de marche, il émet plus de 50 ppm de CO. Compte tenu de la courbe d'enregistrement, tout porte à croire que les concentrations auraient atteint des niveaux dangereux pour la vie des occupants s'il avait continué à fonctionner. Ces résultats qui pourraient avoir des conséquences dramatiques s'expliquent par la mauvaise combustion du pétrole. Les deux poêles à pétrole testés sont manifestement défectueux, un contre-essai est en cours sur un autre exemplaire.

 

Gaz carbonique (CO2) : Le CO2 est moins dangereux pour les occupants que le CO tant qu'il reste à de faibles niveaux. Les convecteurs à gaz possèdent une sécurité qui coupe l'alimentation dès que la concentration dépasse 1 %. Ce dispositif existe aussi sur les poêles à pétrole mais il n'a pas fonctionné lors de nos tests, peut-être en raison des conditions particulières et très sévères de l'essai. Le Zibro Kamin et le Dyna-Glo dépassent nettement cette valeur, avec 1,74 % pour le premier et 2,42 % pour le second. Les poêles notés une "étoile" émettent entre 1 et 1,5 % de CO2, sans que ce taux augmente au fil des heures. À titre de comparaison, la recommandation européenne préconise une concentration maxi de 0,5 % sur huit heures. Aucun des poêles à pétrole testés ne la respecte.

Composés organiques volatils (COV) : De bons résultats. Les poêles à pétrole que nous avons testés ne contribuent pas à la pollution chimique de l'air intérieur par les COV. Le modèle noté trois "étoiles" n'en émet pas, les autres se contentent d'infimes quantités.

Humidité : Rien de dramatique a priori en quantités d'eau rejetées. Néanmoins, tous les poêles envoient de la vapeur d'eau dans la pièce, ce qui augmente le taux d'humidité de l'air ambiant. Nous avons mesuré entre 6,79 et 11,66 g d'eau par kilo d'air sec selon les appareils, alors que l'air ambiant initial contenait 4,54 g/kg d'air sec.

Odeurs : plus ou moins prononcées : Pas d'analyse, l'évaluation des odeurs étant difficilement quantifiable. Un constat, tous les poêles, surtout ceux à mèche, sentent, en particulier au démarrage et à l'extinction.

 

 

Astuce page principale