Accueil du site

Contact

News 

Prévisions météo

Prévisions villes

Certificat intempérie

Bulletin Europe

 

Observations

Satellite en direct

Temps présent

Températures

Intensité orageuse

T° eau de mer

Carte UV

Précipitations

Direction du vent

Hauteur de neige

Prévisions neige

Point de rosée

Taux d'humidité

Séisme live

 

Les Dossiers

Cartes géographie

Dossiers météo

Les vagues de froid

Inondations France

Risque d'inondation

Tempêtes en France

Risque de tempête

Prévoir une tempête

Chasser les orages

Soleil et bronzage

Précipitations 9 jours

Boutiques

Radio-meteo

 

Stéphane FIEVET

Mon éditorial

 

Les Cartes

Pluie J J+1 J+2

Nuage J

Géologie Les sols

La pluie La Neige

T° janvier T° juillet

Climatiques

Végétation

Climat

Gelée

Neige

Précipitation

Janvier Juillet

Vent

Ensoleillement

régions / climat

Courants Marins

Précipitations

Saisonnière

Précipitation / an

Janvier Juillet

Amplitude

Climatique

 

Plan du site

 

gratuit annuaire gratuit

Géographie

 

Cycles et chaînes dans l'écosystème
L'écosystème est défini par de nombreuses relations internes que les écologues découvrent progressivement. C'est leur connaissance détaillée qui permet en effet aux hommes d'exploiter rationnellement les ressources biologiques.
1. Le système en fonctionnement.
A l'intérieur de l'écosystème, une série de relations unit les biotopes aux biocénoses. L'écosystème est avant tout un système en fonctionnement, dont chaque élément dépend de tous les autres. Cela signifie que la modification d'un seul élément du système suffît pour modifier complètement l'ensemble des éléments. C'est précisément pour n'avoir pas su comment fonctionnait le milieu qu'ils exploitaient que les hommes ont détruit ou gravement perturbé à leurs dépens les fragiles équilibres qui le caractérisaient. L'érosion des sols, la modification locale du climat après la disparition de forêts ou les accidents dus à la pollution atmosphérique sont des exemples courants de ces destructions. Les géographes ont depuis longtemps reconnu les principales de ces relations, comme la liaison sol-végétation-faune ou la liaison végétation-sol-érosion; de leur côté, les écologues les ont mesurées avec les unités de mesure de la chimie et de la physique, comme la calorie ou le kilojoule par m2 et par an, qui mesurent le fonctionnement de l'écosystème en termes d'énergie.
2. Des mécanismes de régulation.
Le principal cycle de fonctionnement de l'écosystème est celui du gaz carbonique. Les plantes consomment du gaz carbonique pour fabriquer de la matière végétale; cette transformation, appelée photosynthèse, se réalise à partir d'énergie solaire et dégage de l'oxygène. Ce dernier est utilisé par les animaux en échange de gaz carbonique au cours de la respiration. Ensuite, la matière végétale produite à base de carbone sert d'aliment aux herbivores, eux-mêmes consommés par plusieurs niveaux de carnivores. Tout au long de cette «chaîne» alimentaire, la matière organique se transforme et se concentre, de telle façon que le rendement de l'écosystème se révèle au bout du compte très faible : l'énergie dépensée depuis le rayonnement solaire, dont 98 % sont inexploités, jusqu'au terme de la chaîne alimentaire, sert à faire vivre les êtres vivants, dont la masse et le nombre ne s'accroissent que très lentement dans le temps. Toute l'énergie sert donc plus à entretenir qu'à augmenter. Mais un autre mécanisme vient également régler la quantité d'êtres vivants qui peuplent le biotope. Quand la population s'accroît trop rapidement, les ressources alimentaires viennent à manquer et la famine qui survient entraîne une crise de mortalité ramenant la population au niveau des ressources. Ce mécanisme de régulation maintient donc l'équilibre dans le système autour d'un niveau optimal en fonction des possibilités du milieu. Les hommes eux-mêmes n'échappent pas à ce système; mais les migrations et l'invention de techniques plus productives leur ont permis de s'affranchir, au moins dans les pays développés, de ces crises de régulation depuis le xix° siècle. Pourtant, forêts et océans sont aujourd'hui menacés de surexploitation et par conséquent d'appauvrissement biologique.


 

 

 

   

 

   

www.alertes-meteo.com

Moteur de recherche

Plan du site

Contact

Accès membres

 

© 1999 - 2008  Alertes-météo.com - Tous droits réservés
 

 Dernière modification le : 28/09/2016 à 07:55.