Accueil du site

Contact

News 

Prévisions météo

Prévisions villes

Certificat intempérie

Bulletin Europe

 

Observations

Satellite en direct

Temps présent

Températures

Intensité orageuse

T° eau de mer

Carte UV

Précipitations

Direction du vent

Hauteur de neige

Prévisions neige

Point de rosée

Taux d'humidité

Séisme live

 

Les Dossiers

Cartes géographie

Dossiers météo

Les vagues de froid

Inondations France

Risque d'inondation

Tempêtes en France

Risque de tempête

Prévoir une tempête

Chasser les orages

Soleil et bronzage

Précipitations 9 jours

Boutiques

Radio-meteo

 

Stéphane FIEVET

Mon éditorial

 

Les Cartes

Pluie J J+1 J+2

Nuage J

Géologie Les sols

La pluie La Neige

T° janvier T° juillet

Climatiques

Végétation

Climat

Gelée

Neige

Précipitation

Janvier Juillet

Vent

Ensoleillement

régions / climat

Courants Marins

Précipitations

Saisonnière

Précipitation / an

Janvier Juillet

Amplitude

Climatique

 

Plan du site

 

gratuit annuaire gratuit

Géographie

 

Milieux froids et tempérés
Des régions les plus froides jusqu'aux latitudes moyennes, se succèdent la toundra, la taïga et la forêt de feuillus.
1. Les milieux froids : toundra et taïga.
La toundra ne vit que deux mois dans l'année : le sol demeure gelé presque en permanence et la végétation est balayée par un vent souvent violent. Les espèces végétales conservent donc une dimension modeste, arbustive, qui donne à la toundra le visage d'une lande buissonnante à lichens où les plus hauts végétaux se protègent dans des creux de terrain. On y trouve des bruyères, des mousses et des lichens, ainsi que quelques arbres nains. En raison du froid prolongé, certains arbres centenaires ne mesurent que quelques centimètres de haut (bouleaux et saules nains). La toundra constitue un pâturage d'été temporaire pour de grands herbivores migrateurs, comme les rennes, qui migrent vers la taïga lorsqu'une mince couche de neige recouvre les lichens dès l'automne.
Plus au sud, la taïga est une forêt où dominent les conifères : pins, épicéas et mélèzes, bien adaptés au froid. Les sols dégèlent plus longuement l'été et les eaux, provenant de la fusion des neiges, s'écoulent en profondeur, provoquant le lessivage d'un humus très acide [podzol). Souvent, la forêt est criblée de tourbières, qui contribuent à rendre ce milieu difficile à la pénétration humaine.
2. Les milieux tempérés :
forêt caducifoliée, landes et prairies.
Lorsque la saison végétative atteint six mois, la forêt d'arbres à feuillages caducs (caducifoliée) remplace les conifères. Hêtres ou chênes dominent cette forêt, selon la nature des sols et du climat : les hêtraies s'étendent plutôt dans les régions humides et fraîches, soumises aux brouillards, les chênaies dans les régions bien arrosées mais plus douces et plus ensoleillées.
On rencontre également dans la zone tempérée deux milieux bien différents, non forestiers : la lande et la prairie.
Tout d'abord, dans le domaine hyperocéanique, la lande à bruyères et ajoncs accompagne souvent des sols pauvres, acides, lessivés par des pluies très abondantes, sous des climats ventés et très frais, en bordure maritime de l'Europe (nord des Iles britanniques en particulier). C'est au contraire loin vers l'intérieur, dans le domaine continental, qu'apparaît la prairie à graminées. Sa présence s'explique par le fait que sous des climats chauds et relativement secs l'été, les arbres ne peuvent plus assurer leur alimentation en eau, surtout dans des sols très fins, composés de lœss et appelés tchernoziom. Dans ces sols se développe un dense tapis de graminées, moins exigeantes en eau.
Dans les milieux tempérés, forêts de feuillus et prairies à graminées, les hommes ont trouvé des conditions favorables : presque tout l'espace naturel a été défriché, souvent très tôt, comme en Europe occidentale, parfois plus tard aux États-Unis (première moitié du 19e siècle). Les paysages naturels n'y subsistent qu'à l'état de vestiges. Bien avant le développement technique du 20e siècle, cette zone a été le foyer des céréalicultures — blé en particulier — et des grands élevages de bovins. Pourtant, elle n'est pas à l'abri de désastres écologiques : les sols des prairies, souvent défrichés sans précaution, ont été menacés de ruine par l'érosion éolienne aux États-Unis comme en U.R.S.S.


 

 

 

   

 

   

www.alertes-meteo.com

Moteur de recherche

Plan du site

Contact

Accès membres

 

© 1999 - 2008  Alertes-météo.com - Tous droits réservés
 

 Dernière modification le : 28/09/2016 à 07:55.