Accueil du site

Contact

News 

Prévisions météo

Prévisions villes

Certificat intempérie

Bulletin Europe

 

Observations

Satellite en direct

Temps présent

Températures

Intensité orageuse

T° eau de mer

Carte UV

Précipitations

Direction du vent

Hauteur de neige

Prévisions neige

Point de rosée

Taux d'humidité

Séisme live

 

Les Dossiers

Cartes géographie

Dossiers météo

Les vagues de froid

Inondations France

Risque d'inondation

Tempêtes en France

Risque de tempête

Prévoir une tempête

Chasser les orages

Soleil et bronzage

Précipitations 9 jours

Boutiques

Radio-meteo

 

Stéphane FIEVET

Mon éditorial

 

Les Cartes

Pluie J J+1 J+2

Nuage J

Géologie Les sols

La pluie La Neige

T° janvier T° juillet

Climatiques

Végétation

Climat

Gelée

Neige

Précipitation

Janvier Juillet

Vent

Ensoleillement

régions / climat

Courants Marins

Précipitations

Saisonnière

Précipitation / an

Janvier Juillet

Amplitude

Climatique

 

Plan du site

 

gratuit annuaire gratuit

Géographie

 

 
Les héritages des paléoclimats froids
Phénomènes récents, les climats froids du quaternaire ont façonné des paysages qui ont conservé, presque intacts, leurs caractères originaux.
1. Des modelés typiques.
Les formes modelées par les agents des climats froids sont d'origine glaciaire ou périglaciaire. Le travail des glaciers a creusé des formes d'érosion et édifié des formes d'accumulation : les cirques glaciaires et les grandes vallées, avec leur profil transversal en auge, qui représentent l'essentiel des formes d'érosion; des lacs, vastes et profonds lac Léman, lac de Constance, lacs italiens, lacs Scandinaves...) en occupent les parties sur creusées. Dans les régions littorales et montagneuses, l'ennoiement des sections inférieures par la remontée des eaux marines consécutive à la fusion des grands inlandsis explique la formation des fjords, comme en Norvège. Les formes majeures d'accumulation sont constituées de moraines, gigantesques entassements de matériaux arrachés et déposés pêle-mêle par les glaciers.
Dans les régions un peu moins froides, à climat périglaciaire, s'accumulent, en avant du front des grands inlandsis, des épandages de lœss : il s'agit de manteaux de particules fines, enlevées par les violents vents quaternaires aux moraines glaciaires, transportées et répandues sur de vastes régions, qui sont aujourd'hui parmi les plus fertiles du monde (Ukraine, prairies nord-américaines). Par ailleurs, le cycle très rapide d'alternance des températures a modelé des systèmes de versants très originaux : transformés en boue à chaque dégel, les sols glissaient et s'accumulaient au bas des pentes, leur donnant un profil type, convexe vers le haut, concave vers le bas, que l'on retrouve encore dans toutes les régions de plaines et de plateaux de zones aujourd'hui tempérées.
2. Les phénomènes glaciaires aujourd'hui.
Malgré le réchauffement général des climats, les glaciers n'ont pas totalement disparu, mais leur présence est beaucoup plus discrète. Seules les deux calottes de l'Antarctique (13 000 000 km2) et du Groenland (1 650 000 km2) rappellent, par leur superficie et leur épaisseur, les inlandsis quaternaires. Elles émettent sur leurs bordures des langues glaciaires parfois très importantes (dans l'Antarctique, le glacier de Beadmore atteint 200 km de long et parfois 40 km de large), qui libèrent dans les océans voisins d'énormes icebergs, véritables montagnes de glace, très dangereuses pour la navigation (naufrage du Titanic en 1911). Étalées en hiver, contractées en été, les banquises couvrent les océans polaires d'une couche de glace uniforme, peu épaisse et temporaire.
Les glaciers de montagne sont maintenant confinés dans les milieux haut-montagnards; leur existence dépend de l'abondance des précipitations neigeuses et de la limite des neiges persistantes. Un glacier comporte, à l'amont, une zone d'accumulation, correspondant à un amphithéâtre topographique appelé cirque glaciaire, où s'entasse la neige, qui se compacte et se transforme peu à peu en glace ; vers l'aval, au-dessous de la limite des neiges persistantes, la glace fond progressivement : c'est ce que l'on appelle la zone d'ablation. Cette fusion entraîne le dépôt des matériaux solides transportés par le glacier et l'édification de moraines frontales, qui jalonnent les étapes du recul des glaciers. Les eaux de fusion forment des torrents dont le régime de type nivo-glaciaire (fusion de la neige et de la glace) se caractérise par un maximum estival.

 

 

 

   

 

   

www.alertes-meteo.com

Moteur de recherche

Plan du site

Contact

Accès membres

 

© 1999 - 2008  Alertes-météo.com - Tous droits réservés
 

 Dernière modification le : 28/09/2016 à 07:55.