Les éclairs et la foudre

 

 

 

 

OBSERVATIONS : Il s agit de décharges d'étincelles pendant un orage. Leur sillage lumineux, de forme souvent bizarre, a une plus ou moins grande extension. Les éclairs forment des lignes simples ou ramifiées, allant de haut en bas ou de bas en haut. Certains éclairs se présentent seulement comme des illuminations des couches de nuages. Un observe même des éclairs en chapelets, mais rare est la foudre « en boule » qui apparaît près du sol. Cette dernière se produit fréquemment après de forts coups de foudre pendant les orages particulièrement violents.

Vidéo explicative :

 

 

PHYSIQUE : Les éclairs sont des décharges électriques, produites par des champs très intenses, lesquels sont formés dans les nuages orageux. La différence de potentiel en jeu peut atteindre plusieurs centaines de millions de volts. On estime que l'énergie dépensée lors d'un éclair est en moyenne de 100 kilowattheures, mais l'équilibre se rétablit très rapidement la plupart du temps en 50 secondes. En outre, l'intensité du courant atteint 100 000 ampères. La forme la plus fréquente d'éclair est linéaire, la forme diffuse n'en étant que l'apparence indirecte par éclairement indirect des nuages. Les éclairs passent par un « canal », ce qui explique, quand celui-ci est irrégulièrement interrompu, les éclairs en chapelets. Quant à la foudre en boule, on n'a pas pu encore lui donner d'explication satisfaisante. On a parlé à son sujet de nuages de poussières électrisées et de la combustion prolongée d'air et de carbone, ou encore de masses de gaz ionisés, devenues lumineuses dans un canal d'éclairs. Les éclairs qui tombent sous forme de foudre à la surface de la Terre sont peu nombreux par rapport à l'ensemble ; on n'oubliera pas que la foudre peut aussi monter de la surface terrestre aux nuages. Les coups de foudre sont constitués par des éclairs de faible intensité mais dont le courant dure longtemps. Les éclairs très courts sont dits « froids », bien que leur température instantanée soit de plusieurs dizaines de milliers de degrés. Le temps de la décharge est trop court pour que les matériaux frappés puissent être portés à l'incandescence.

 

MÉTÉOROLOGIE : Les éclairs ont lieu aussi bien lors des orages de chaleur que lors des orages accompagnant des « fronts ». On n'entend pas le bruit du tonnerre lorsque l'orage est suffisamment éloigné, mais on peut encore observer très loin la lueur des éclairs à l'horizon. L'observation selon laquelle la pluie ou même la grêle tombent de façon particulièrement drue après un éclair peut aisément s'expliquer. Les grosses particules de glace et les grosses gouttes de pluie, justement, ne sont plus retenues en l'air par le champ électrique après une décharge, mais tombent rapidement. Il y a aussi, lors des grandes chaleurs, des orages de chaleur, secs, la pluie étant volatilisée pendant sa chute par des masses d'air chaud et n'atteignant pas le sol. Mais où la foudre a-t-elle le plus de chances de tomber ? La conductibilité de la surface terrestre joue un rôle, le sol étant plus conductible humide que sec. En outre, les arbres et les bâtiments élevés sont plus sujets à être frappés (à cause de la colonne ionisée qui s'en élève). On est par ailleurs relativement en sécurité dans la coque métallique d'une automobile ou d'un bateau.

 

PRÉVISIONS : Les violents éclairs laissent prévoir de fortes précipitations pendant les orages. Les éclairs de chaleur à l'est ou au nord-est n'annoncent pas d'orage où on les observe. Les éclairs de chaleur survenant au cours des hautes pressions du plein été font présager un orage d'été sur place, mais une nette détérioration du temps n'est pas à craindre.

 

  

 

 

 

© 1999 - 2012  Alertes-météo.com - Tous droits réservés
Révision : 20 août 2012