Les systèmes de protection contre les orages

 

 

Les systèmes de protection contre les orages
      

 MENU Orages

 

 Index

 

 Dommages orages

 

 Protéger appareils électriques

 

 Systèmes de protection

 

 Surpris par l'orage

 

 Garanties des assurances

 

 Le parafoudre

 

 Le paratonnerre

 

 Coup de foudre

 

 Prévisions
 

 

 Résumé - Coup de foudre
 


La chaleur ajoutée à l’humidité

Des capteurs, installés dans toute la France, encaissent environ 300 000 impacts chaque année, surtout dans les départements du Sud-est. Outre les peurs qu’ils inspirent, ces coups de foudre provoquent de nombreux dégâts : compteurs électriques grillés, arbres brûlés, vaches foudroyées (près de 1500 par an). Sans compter les personnes, surtout en montagne, victimes de graves brûlures ou de commotions entraînant la mort. Les scientifiques connaissent bien ce phénomène terrifiant dont il est facile de se protéger. Les nuages orageux naissent au contact de deux masses d'air contrastées, lune très chaude, l'autre très froide, explique l’un d’eux. Cette atmosphère instable, ajoutée à la chaleur et à une source d’humidité, donne naissance aux orages d’été. Car pour se développer, les nuages orageux ont besoin d’aspirer des millions de mètres cubes d’air chaud imprégné d’humidité, trouvant celle-ci dans les rivières, le long d’une vallée ou au-dessus d’un lac. Le courant El Nino sont une explication possible, même s'il reste difficile de prévoir les coups de foudre.

La meilleure alarme est un imposant nuage en forme d’enclume, le cumulonimbus, chargé d’énormes réserves d’énergie. L’éclair surgit, provoqué par la brusque décharge d’électricité atmosphérique ; la température s’élève jusqu’à provoquer une déflagration, c’est le tonnerre. Alors la nuée, chargée d’énergie, se libère en trombes de pluie ou en orages de grêle. Bientôt l’arc-en-ciel apaisera les cieux.

 

BIEN SE PROTÉGER DE L’ORAGE

La foudre est une décharge électrique capricieuse, qui peut se métamorphoser en boule de feu, capable de ricocher sur le sol. C’est dire les dangers de ses mauvais coups ! Pourtant on peut s’en protéger quand il n’y a pas de paratonnerre à proximité.

• Règle de base : ne jamais s’abriter sous un arbre isolé ou sous un groupe d’arbres. Il est moins grave d’être mouillé que foudroyé.

• En montagne : surpris par l’orage, le randonneur peut s’abriter dans une anfractuosité de rocher mais sans toucher les parois. Si cela ne lui est pas possible, il ne lui reste plus qu’à s’allonger sur le sol, en y posant un isolant ; un vêtement sec suffit.

• En situation orageuse : la prudence consiste à éviter les vêtements humides, à s’habiller de linge sec, recouvert par un imperméable. Il est recommandé également d’enlever tout bijou métallique en contact avec la peau. Il vaut mieux porter un vêtement avec fermeture Eclair, car ce conducteur métallique dévie la foudre vers l’extérieur si par malheur elle frappe.

• En groupe : sur une route de campagne, à découvert, il faut s’éloigner les uns des autres d’au moins 3 m.

• Le paratonnerre : Benjamin Franklin est l’inventeur (1752) du paratonnerre à tige métallique dont le rôle est de capter un courant de foudre puis de le conduire à terre par un câble de descente. De nouveaux paratonnerres à dispositif d’amorçage existent désormais ; leur bout rond présenterait l’avantage d’être plus efficace pour attirer l’éclair.

L’approche de l’orage

Quand les cumulonimbus se regroupent, comme c’est le cas dans un front froid de grande importance, un nuage arrondi et étiré, d’un noir menaçant, s’avance. Plus la base du nuage est sombre, et plus les précipitations seront fortes. L’épaisseur de cette formation nuageuse peut atteindre 8 000 mètres. La baisse soudaine et brutale de la pression atmosphérique annonce l’orage. Un baromètre ou une station météo électronique (avec bip sonore) permet d’être alerté lorsque la pression baisse en dessous de 970 hPa (hectopascal), anciennement 970 mbar (millibar).
À savoir

• Autrefois, dans le Centre, pour éloigner la foudre, on fixait une faux à l’extrémité d’une perche que l’on attachait à la pointe d’un gros arbre.

• Pour évaluer la distance en mètres d’un orage, il faut compter le nombre de secondes entre l’éclair et la déflagration qui suit, puis multiplier par 300 (la vitesse du son étant de 331 m/s). Ainsi, s’il se passe 5 secondes entre le flash et le "boum", l’orage est distant d’environ 1500 m.

• Le service Agate-Addime surveille le site de ses abonnés (industriels, agriculteurs, assurances, transports) et les prévient de l’arrivée d’un front orageux, leur permettant de prendre les dispositions de sauvegarde et de protection appropriées.

 


 


 

 

 

Les systèmes de protection contre les orages