Tempête du 27 décembre 1999

 

    Imprévisibles et effroyables. Les deux tempêtes qui ont balayé la France et une bonne partie de l’Europe le week-end de Noël ont surpris tout le monde. Météo France, pompiers, sécurité civile, habitants : tous ont été pris au dépourvu par les intempéries. Les rafales ont soufflé à 184 km/h à l’Île d’Ouessant, à 173 km/h en Île-de-France, à plus de 200 km/h sur l'Île de Ré.

Quatre-vingt huit morts au total dimanche 26 décembre et lundi 27 dans l’Hexagone (sans oublier les 4 victimes du mauvais temps du samedi 25), plus d’une soixantaine de victimes dans le reste de l’Europe : en quelques heures seulement, les tempêtes se sont révélées meurtrières, entraînant dans leur sillage des dégâts matériels inouïs. Quelques exemples : trois millions et demi de foyers privés d’électricité ou de chauffage un moment ou à un autre, des centaines de voitures endommagées par des chutes d’arbres, plus de 5 000 interventions des pompiers à Paris, des dizaines de milliers d’arbres déracinés dans tout le pays, 500 MF de dégâts de toitures dans la capitale, plusieurs monuments historiques abîmés… La liste pourrait encore s’allonger. Le bilan est lourd et impressionnant. Mais c'est une catastrophe toute relative à l'échelle planétaire, bien loin des 50 000 personnes tuées au Venezuela après les pluies diluviennes du 15 décembre dernier…

 

 

 

 

12h00 : Début de la formation de la tempête sur le nord de la pointe Bretonne.

 

    

15h00 : la tempête c'est formée elle va traverser la France d'Ouest en Est.

  

21h30 :La tempête se trouve sur notre pays.

Photo du site de Kreitz

  

La dépression se trouve sur la Vendée

      Tableau de la pression à Saumur (Maine et Loire - 49)  :

Heure Pression
7h 1003
8h 1003
9h 1002
10h 1001
11h 1000
12h 999
13h 997
14h 994
15h 991
16h 985
17h 980
18h 975
19h 970
20h 965
21h Remonte
22h Remonte
23h Remonte
0h Remonte
1h Remonte
2h Remonte
3h Remonte

                

Rafales à 140 km/h dans le Saumurois.
Chronique d’une tempête exceptionnelle mal annoncée

 

D’une ampleur exceptionnelle, la tempête qui a ravagé le nord de l’Europe a laissé Météo France pantois. L’organisme météorologique n’a pas pu prévoir ce que certains qualifient d’historique ou exceptionnelle, ou de phénomène à l’extrême du possible en Europe. Météo-France n'avait pas pris la mesure de l’ampleur du désastre, ne parlant que d’orages violents. Mais lundi, l’institut dénonce comme "sans fondement" des "informations de presse" mettant en cause sa rapidité dans la diffusion des messages d'alerte. Chronique d’une tempête mal annoncée.

Jeudi 23 décembre - Tempête sur le nord et le nord-ouest de la France

Les premières prévisions de tempête de Météo-France datent du jeudi 23 décembre. L’organisme météorologique prévoyait alors "une tempête sur le nord et le nord-ouest de la France, dès la nuit de jeudi à vendredi". La tempête devait toucher la Bretagne, le Pays de la Loire, le bassin parisien et le Nord Pas-de-Calais, et se renforcer très vite dans la nuit, pour atteindre jusqu'à 120 km près des côtes, 100 km/h dans l'intérieur des terres.

Vendredi 24 décembre - Vent violent : alerte météo en Île-de-France

La veille de Noël, l’alerte météo est lancée. Elle sera la seule et unique, lancée par le Centre Régional d’informations routières, le CRIR de Créteil, pour Île-de-France, pour la nuit de vendredi à samedi. Le Centre prévoit des rafales de vent "pouvant atteindre 115km/h" et incite vivement les habitants de la région parisienne à une "vigilance accrue". Mercredi 29 décembre, Météo-France a informé à TF1, par la voix de son P.d.g. Jean-Pierre Beysson, que le bulletin d'alerte du CRIR n'est "émis que grâce au bulletin météorologique transmis par Météo-France à cet organisme". Or, si Météo-France prévoyait de fortes rafales de vent, pourquoi ne pas en avoir prévenu, à temps, (hormis le CRIR) l'AFP ou tout autre organe de presse ?

Attention aux coups de vent samedi

Vendredi Météo-France annonçait de "très fortes vagues" sur l’Atlantique et sur la Manche jusqu'à lundi, et demandait aux habitants de faire attention aux coups de vent samedi, soufflant encore sur une bonne partie du pays, et dépassant les 100 km/h dans la nuit. Météo-France prévoyait une nuit plutôt agitée. Le vent fort de secteur sud-ouest qui touche la moitié nord du pays atteindra parfois les 130 km/h en rafales sur les côtes de Manche et en Bretagne. Pluies diluviennes et vent violent attendus sur le Nord-Pas-de-Calais.

Samedi 25 décembre 1999 : orages violents sur le nord du pays

La tempête soufflait déjà fort samedi. Météo-France annonçait une tempête dimanche sur les côtes de la Manche et atlantiques, et une pluie s’abattant sur toute la France. Après une accalmie au début de la nuit, l'organisme prévoyait un vent soufflant jusqu'aux premières heures du jour, avec des rafales atteignant jusqu'à 140 km/h sur le littoral. Un bulletin d’alerte concernait 11 départements Nord, Pas-de-Calais, Somme, Aisne, Oise, Ardennes, Marne, Haute-Marne, Aube, Seine-Maritime et Eure. Ainsi, 24 heures à l'avance, Météo-France annonçait bel et bien une tempête, mais les rafales de vent ont atteint, dimanche, des vitesses record, loin des prévisions de l'Institut : 173 km/h en Île-de-France par exemple, ou encore 184 km/h sur Île d'Ouessant... Le P.d.g. de Météo-France, Jean-Pierre Beysson, a expliqué à e-TF1 que "les messages de tempête sont tout à fait exceptionnels en zone de plaine". Et a accordé que "si ces valeurs ont été sous-estimées, elles atteignaient des records absolus". Face aux mises en cause, Météo-France estime avoir "malgré tout annoncé une tempête 24h à l'avance".

Dimanche 26 décembre 1999 : la tempête laisse derrière elle un spectacle de désolation

D’une ampleur exceptionnelle, du jamais vu estiment certains météorologistes, la tempête a balayé aux premières heures du jour la partie nord de l’Europe, en un rien de temps. En France, la tempête fera 70 morts. Des vitesse de vent record, s’accorde-t-on à dire. Un "phénomène à l'extrême du possible en Europe", indique un prévisionniste de Météo-France à Toulouse. l'organisme avait minimisé l’ampleur du désastre, ne parlant que d’orages violents avec des vents de 130 km/h au plus.

Pour Hubert Brunet, chef prévisionniste à Toulouse, cette dépression est qualifiée d'historique et exceptionnelle, notamment en Île-de-France La Direction de la sécurité civile déconseillait aux habitants de sortir dimanche à cause des intempéries. Le vent soufflait toujours en rafales - certaines atteignant 170 km/h - avec de la pluie.

Lundi 27 décembre 1999 : la deuxième tempête mieux annoncée

Dès lundi matin (8h55), Météo-France annonçait une deuxième tempête dans la soirée sur le sud de la France, notamment sur le littoral de l'Aquitaine à Midi-Pyrénées, avec des vents de 110 à 140 km/h, et des pointes de 150 km/h. Cette deuxième tempête a été mieux annoncée par Météo-France.

G. de L.


 

 

|Sommaire tempêtes|

 

© 1999 - 2007  Alertes-météo.com - Tous droits réservés
Révision : 14 janvier 2007