Les systèmes de vents

    Les vents ont une importance déterminante pour l'évolution du temps. Ils influent sur les changements de température, la nébulosité et les précipitations. Alors qu'ils présentent de grandes différences selon les époques et les lieux en Europe, ils sont par exemple remarquablement constants des deux côtés de l'équateur. Nous citerons à ce sujet les alizés, qui avaient tant d'importance au temps de la marine à voile. Les alizés font partie des systèmes de vents dits planétaires, l'énergie leur étant fournie par le rayonnement solaire.

 

 

Les alizés (exactement, vents alizés) règnent aux basses latitudes et soufflent ainsi:

du nord-est au sud-ouest dans l'hémisphère Nord

du sud-est au nord-ouest dans l'hémisphère Sud.

 

    C'est-à-dire des hautes pressions tropicales aux basses pressions équatoriales. Ils se rencontrent à l'équateur, dans, une " zone de convergence ", où ils forment des courants aériens de force croissante, et donnent naissance à des nébulosités importantes ainsi qu'à d'abondantes précipitations. Du fait de la faiblesse des vents et des nombreuses périodes de calme qui règnent en ces régions, les navigateurs parlent de zones de calme plat.

    A la zone des alizés correspond dans chaque hémisphère entre 30' et 35' de latitude les zones de hautes pressions subtropicales où le beau temps domine. Là, les vents soufflent faiblement, les précipitations sont peu importantes, et la pression atmosphérique, élevée, est remarquablement constante. Ces zones subtropicales de hautes pressions font également partie de systèmes de vents planétaires.

Des hautes pressions fréquentes sur la partie centrale de l'Atlantique Nord, avec un centre au sud ou à l'ouest des Açores, appartiennent aussi à la ceinture de hautes pressions subtropicales de l'hémisphère boréal. On parle habituellement de l'anticyclone des Açores ; celui-ci a parfois une très grande influence sur l'évolution du temps en Europe. Au nord de ces hautes pressions, des vents océaniques soufflent justement sur l'Europe. En été, les hautes pressions des Açores se trouvent souvent vers l'Espagne et le midi de la France, tandis qu'elles sont en hiver le plus souvent à 30* de latitude nord seulement. Les décalages des situations météorologiques sont particulièrement importants au printemps et en automne. Ces hautes pressions apportent du beau temps sur l'Europe, et sont fréquemment un centre de pluies pour les situations météorologiques d'ouest, typiques en Europe.

 

    Les systèmes de vents planétaires (zone de convergence à l'équateur, alizés et ceinture de hautes pressions subtropicales) se déplacent selon les saisons : à savoir, vers le nord en été et vers le sud en hiver, au maximum de 10°, en fonction de la position du Soleil, mais avec un décalage de quelques mois. C'est ainsi que les latitudes le plus au nord sont atteintes en septembre, et les latitudes le plus au sud en mars. Ces déplacements ont une grande importance pour le temps sous les tropiques ; ils déterminent la saison des pluies et la formation des cyclones tropicaux.

    Un autre système important est celui des vents périodiques, nommés globalement moussons. Celles-ci sont dues à la différence d'échauffement des océans et des continents : leur mécanisme est très semblable à celui des vents de mer et de terre sur les côtes (vent de mer), l'alternance diurne étant remplacée, en ce cas, par l'alternance entre l'été et l'hiver. Ce sont les vents de mousson qui déterminent le temps dans le sud et le sud-est de l'Asie. En été, les masses d'air soufflent de la mer, plus froide, sur le continent, plus chaud, en apportant d'abondantes précipitations (mousson d'été). En hiver, les masses d'air soufflent du continent, plus froid, vers la mer, plus chaude, ce qui fait que les terres subissent un climat sec et peu nuageux.

    Sous les latitudes moyennes, c'est-à-dire celles de la plus grande partie de l'Europe, on observe des échanges constants de masses d'air des régions subtropicales aux régions polaires, tout à fait caractéristiques. Les vents ainsi engendrés sont de direction ouest-est. Le couloir de basse pression polaire, qui est situé à peu près sous 60° de latitude, s'étend dans l'hémisphère boréal de l'Écosse au sud de la Norvège et de la Suède, et au golfe de Botnie ; il est assez étroit et est emprunté par les cyclones non tropicaux.

    Les vents du globe terrestre obéissent à des phénomènes généraux, qui sont principalement la différence de réchauffement des terres et des océans par le Soleil, et le gradient de température, en fonction de la différence d'insolation, de l'équateur aux pôles. On observe par ailleurs, dans certaines zones, une compensation des vents au sol par les vents d'altitude. Un cas particulier est celui des vents d'ouest, sous les latitudes moyennes, aussi bien au sol qu'en altitude. Dans la troposphère, les couches supérieures sont parcourues par des " jet streams " ou " courants-jets ", vents soufflant à des vitesses de plusieurs centaines de km à l'heure. Il existe, au-dessus de la ceinture subtropicale de hautes pressions, une zone de courants-jets circulant d'ouest en est.

Les jet streams sont l'expression d'une vaste turbulence, dans la troposphère, due aux forces concourantes de vents qui se renforcent ou se contrarient mutuellement (voir courant). 

Les vents rabattants et les tornades

    En dehors des grands systèmes de vents, il existe toute sorte de courants aériens limités et liés à des conditions locales (comme l'orographie).

    Nous avons déjà parlé des vents de terre et de mer, ainsi que des vents dus aux orages. Nous avons également consacré un article au foehn, qui fait partie des vents rabattants. Il existe de tels vents dans le monde entier, mais surtout dans les régions où le relief oblige les courants aériens à s'élever ou à descendre.

    Au demeurant, on observe non seulement un fœhn classique soufflant du sud au nord, mais aussi un fœhn de nord qui descend sur le versant méridional des Alpes. Ce dernier apporte de l'air froid dans les régions méditerranéennes. Un autre vent rabattant typique est le boira, vent sec et assez froid, qui souffle par rafales des hauteurs dénudées des côtes dalmates et albanaises vers la mer, et accompagne différentes situations météorologiques. Ainsi, en hiver, il naît lors d'une haute pression sur la péninsule balkanique et l'Europe orientale: le temps est beau, sec et froid, parfois pendant plusieurs semaines.

Le bora souffle aussi, quand l'Adriatique est couverte par une basse pression importante, alors qu'une haute pression règne sur la péninsule balkanique. Le bora cyclonique apporte non seulement la tempête, mais parfois aussi d'abondantes précipitations, toutefois pendant une journée seulement, sinon quelques heures. Bien que le bora soit un vent rabattant, il est froid car il descend des montagnes, et il ne se réchauffe pas suffisamment lors de sa descente . l'air froid arrivant sur l'Adriatique, où l'air est toujours plus chaud, fait refroidir ce dernier, humide, et se manifeste donc par un phénomène typique à son début, la formation de nuages sur les montagnes côtières.

    Le mistral est un vent rabattant du littoral du sud-est de la France. Froid et sec, il souffle du nord dans la vallée du Rhône, entre Avignon et Marseille. Il est dû à une dépression sur la Méditerranée, chaude, et à un anticyclone sur les Cévennes et les Elpesn dont l'atmosphère est froide et sèche en hiver. La basse pression aspire l'air, la vallée du Rhône faisant fonction de goulet d'étranglement, ce qui renforce encore le vent.

Le sirocco est un vent rabattant des côtes d'Afrique du Nord, chaud et sec, de sud. Il est dû à une dépression sur la Méditerranée, qui aspire l'air de l'Atlas. Quand Il souffle du Sahara, il porte souvent avec lui du sable. Il atteint même l'Europe centrale. Dans la Méditerranée occidentale, il engendre des rafales tourbillonnaires. Dans la Méditerranée orientale, un vent analogue (qui a reçu le même nom), mais non rabattant, est engendré par la zone de basse pression venant de l'ouest.

    Les surfaces de séparation des masses d'air chaud et d'air froid sont le lieu d'élection de tourbillons, surtout à la saison chaude. Ces tourbillons donnent selon le cas des trombes, des tornades et, sous les tropiques, des ouragans. Les ouragans (nommés typhons dans la mer de Chine) sont des phénomènes tourbillonnaires d'un diamètre de 100 à 600 km. Les tornades n'ont que quelques centaines de mètres à quelques kilomètres de diamètre, ce qui ne les empêche pas d'exercer des effets aussi dévastateurs sur leur passage. Sur la mer, les tornades se traduisent par des trombes d'eau.

    Mis à part quelques rares tornades, L'Europe n'est pas affectée par de Grands tourbillons. Les ouragans y sont relativement limités quoiqu'on en observe. 

 

|Les tempêtes menu|

 

 

 

© 1999 - 2012  Alertes-météo.com - Tous droits réservés
Révision : 20 août 2012