Hiver 1956 : Le plus froid du 20 eme siècle en Europe et le deuxième en France après 1963

 du 1 février au 29 février

 

L'hiver 1956 est particulièrement froid. Le thermomètre descend jusqu'à – 36°

fevrier 1956 LA LOIRE1.jpg (83531 octets)

fevrier 1956 LA LOIRE2.jpg (89117 octets)

fevrier 1956 LA LOIRE3.jpg (107671 octets)

  

LA LOIRE à St Florent Le vieil entre Angers et Nantes

fevrier 1956 LA LOIRE4.jpg (105780 octets)

Photos  Mesnard

» Enneigement : Voir la Carte des hauteurs de neige en France et en Europe

Février 56 projeté aujourd'hui par Jean Louis SERIN Je suis preneur de tout document sur cet épisode exceptionnel.

Depuis quelques années je fais un travail de reconstitution sur l'énorme épisode hivernal de février 56 .

Pas mal d'archives permettent aujourd'hui de l'évaluer et de faire une projection sur une situation identique de nos jours.

Ce n'est qu'un tout petit résumé de la liste mais c'est accablant.

 

Un tel évènement serait plus que catastrophique aujourd'hui.

Il s'est soldé par 1000 victimes recensées en Europe; il y en a eu probablement beaucoup plus.

Si l'on projette cet épisode en 2002, il y aurait des milliers de morts et des dizaines ou centaines de milliers de sinistrés.

Les transports paralysés pendant un mois ne permettraient plus l'approvisionnement alimentaire, le parc routier serait en forte majorité hors d'usage avec des circuits de refroidissements de moteurs éclatés et le fuel inutilisable, les centrales nucléaires ne produiraient plus d'électricité

les systèmes de réfrigérations étant pris par les glaces.

95% des fleuves et rivière étaient pris par l'embâcle.

Le réseau aérien des télécoms et les réseaux hertzien seraient en forte partie anéantis.

Des milliers d'entreprises seraient au chômage technique faute d'électricité, de pénurie de transports, de matériel et de matière première endommagés.

Environ 95% de la population se retrouverait privée de chauffage domestique et sans électricité avec des canalisations éclatées par -10° à -15° en moyenne et souvent beaucoup moins.

Les denrées alimentaires (notamment les légumes frais) seraient fortement détruites par le gel qui prenait le sol sur 1.50 par endroit.

A partir de la mi février on ne pouvait plus creuser le sol pour enterrer les défunts.

Le domaine agricole, céréales, vignes, cultures sous châssis etc serait sinistré à 90 %.

Il faudrait 5 à 6 fois le PNB du pays pour faire redémarrer l'économie et pour revivre à peu prés normalement. Il faudrait des années pour nous en remettre.

Au fur et à mesure de la lecture des archives on ne peut s'empêcher de penser aux années 2000.

Un tel évènement paraît actuellement inconcevable pour ce qu'est devenu notre mode de vie.
Hier soir je lisais un paris match du 25 02 56. Il montre des photos de Saint-Tropez sous 1 mètre de neige tombée en quelques heures le 11 février.
Tous les pylônes EDF PTT étaient au sol !
La nuit suivante fut claire et la hausse de pression fit redescendre le mercure à - 18° sur le littoral Azuréen.

Saint-Tropez n'a pu être ravitaillé que par "traîneau" depuis St Raphaël.
A quelques 100km de Munich le Danube était en crue fin janvier. Le gel est survenu avant la décrue lorsqu'il y avait encore 1.5 m d'eau dans les rues. L'eau en se retirant a hérissé les parois verticales de blocs et de plaques de glace.
L'eau des centaines d'immeubles inondés s'est transformée en glace dure dans les appartements avant son retrait sur des epaisseurs de 1 mètre faisant s'effondrer planchers et hourdis...
En 56, nous sortions d'une période de guerre et de pénurie; chacun se contentait de peu et vivait de manière beaucoup plus rude et autonome qu'aujourd'hui.

Malgré cela les dégâts et les victimes ont été considérables.

Vu la société de l'an 2000 ce serait monstrueux ...

 

 

 

Evolution jour par jour du mois de février 1956 :

Dates 500 hpa 850 hpa Commentaires
Lundi 30 janvier 1956

Début de la première vague de froid sur la Pologne et le nord de l'Allemagne, avec un anticyclone a 1045 sur le nord de la Suède
Mardi 31 janvier 1956 La vague de froid progresse a travers l'Allemagne, elle va bientôt toucher l'est de la France
Mercredi 1 février 1956 Le 1 février elle touche l'est de la France avec -15° à 850 hPa ( -20° au sol dans les Ardennes, -28° à Moscou)
Jeudi 2 février 1956 Sa progression est exceptionnelle le -15° à 850 hPa englobe toute la France,  on relève -20° à Paris, dans le même temps une perturbation touche les régions méditerranéens :

le 2 février 1956, d'W en E, les pluviomètres reçoivent: 0,5 mm à Cannes, 78,7 mm à la Villa Thuret d'Antibes recouvert par 31 cm de neige, Il y a 6 mm à Nice, 9 mm au Cap Ferrat et 5,1 mm à Monaco où, comme au Cap Ferrat, la neige n'a pas tenu au sol. L'Ouest de la côte est davantage affecté par la neige et par le froid: à Mandelieu la température moyenne (t°m) chute de + 6°8 le 1 er février à -2°85 le lendemain (minimale : -7°1 ). A L'Est , les t°m sont moins basses: -0°2 à Nice, + 2°25 à Monaco

Vendredi 3 février 1956 La vague de froid touche maintenant l'Espagne, nous avons du -20° à 850hpa sur l'extrême est de la France. (-31° dans les Cévennes). L'anticyclone est énorme, il se positionne à 1045 sur la Norvège, dans un flux de Nord glacial. Le centre de l'Europe est recouvert de neige.
Samedi 4 février 1956 -19° à Lille. Des chutes de neige exceptionnelles en Normandie, de 60 cm à 1m20 de neige.
Dimanche 5 février 1956 La Loire charrie des glaçons de 1 mètre sur 50 cm (voir photos plus haut), -8° en Tunisie ou la neige est tombée, 60 cm a Bayeux.
Lundi 6 février 1956 Anticyclone à 1035 sur la Bretagne
Mardi 7 février 1956  
Mercredi 8 février 1956  
Jeudi 9 février 1956  
Vendredi 10 février 1956 Une deuxième vague de froid touche la France, bien plus redoutable que la précédente.
Samedi 11 février 1956 On marche sur la Moselle envahie de glaces : -24,8° à Nancy et -32° à Sarreguemines, tempête de neige dans le sud :50 cm de neige à St Raphaël, 15cm de neige à Nice ou le centre ville est totalement paralysée, les véhicules sont abandonnées.

En Belgique et en Hollande la circulation ferroviaire et routière sont totalement paralysées par le froid et la neige.

 

Dimanche 12 février 1956 L'Espagne est touchée aussi par de violentes tempêtes de neige ou les -23° sont enregistrées. Déjà 210 morts sur l'Europe dont 51 pour la France. On relève -35° en Corrèze, record de la température la plus basse d'Europe
Lundi 13 février 1956 Saint-Tropez se trouve isolée par une tempête de neige, avec un mistral d'une rare violence.

La mer commence à gelée à Bordeaux

Mardi 14 février 1956 Violente tempête de neige sur l'Auvergne, un vent de nord-ouest soufflant par rafale donne des congères rendant  la circulation pratiquement impossible, verglas sur le reste de la France. Chute de neige en Bretagne.
Mercredi 15 février 1956 Température la plus basse : -6°4 à Cannes pépinière; -7° à Vence, -7° à Nice rimiez
A La Rochelle A Saintes
- 13,6°C - 19°C

 

Jeudi 16 février 1956

La gelée de 1956 dans le sud de la France : Au cours de l'hiver 1956, le 29 janvier, la température est descendue à moins 15 degrés. En février, elle est parvenue à -30 degrés. On pouvait traverser le Tarn gelé à pied. Les cultures ont été brûlées par le froid et les vignes gelèrent à 80%.Ce fut une année catastrophique !

 
Vendredi 17 février 1956

Les oiseaux envahissent la ville des Sables-d'Olonne pour se réchauffer. Les parc à huîtres détruits à l'île d'Oléron.

Les loups ont fait leur apparitions en Yougoslavie.

En Belgique le gel a détruit un tiers des récoltes de blé d'hiver.

Samedi 18 février 1956 En France on dénombre 147 victimes du au froid, 611 dans tout l'Europe.
Dimanche 19 février 1956 Nouvelle chute de neige sur le bassin méditerranéennes

 

Lundi 20 février 1956  
Mardi 21 février 1956  
Mercredi 22 février 1956 Il est tombé 1 mètre de neige à Bordeaux : 80 cm relevé à l'aéroport.
Jeudi 23 février 1956 -13° à Bordeaux, des loups sont signalé dans l'est de la France.
Vendredi 24 février 1956 -6° à Bordeaux, -13° à Paris, -12° à Tours, -15° à Lille, -17° à Nancy, -16° à Strasbourg
Samedi 25 février 1956  

 

Le froid dure jusqu'au mois de Mai. "Le printemps n'est qu'un hiver prolongé... L'automne s'annonce comme une avant-garde de l'hiver" (Bozon). L'été reste frais et les gelées ne sont pas exclues.
 

 

 

Février 1956 vous est retracé jour par jour au travers d'articles de presse. (M. Gagnard)

 

photo hiver 1956  

Hiver 56 : l'estuaire de la Gironde  pris dans les glaces

Blaye, février 1956

photo hiver 1956

 

 

photo hiver 1956

 

Eau gelée de la fontaine recouvrant la grotte, tombant dans le bassin à Lyon.

 

photo vague de froid 1956

 

 

la Moselle, entièrement gelée

 
 

 

 

Hiver 1955 / 1956 à Paris

Année J F M A M J J A S O N D Moyenne arrondies année Moyen HIVER D J F Moyen O N de l'année
1955 3,5 3,2 3,8 10,3 12,4 16,6 19 18,6 15 9,6 6,3 6,5 10,4 1,97 7,95
1956 4 -4,6 6,8 8 14,4 14,2 17,9 15,7 16,6 10,6 5,1 6,3 9,6 5,57 7,85

Les février froid sur Paris :

Année Janvier Février
1956 4 -4,6
1986 4,3 -2,1
1942 -1,1 -1,9
1963 -2,7 -1,7
1929 -0,1 -1,6
1827 -0,2 -0,9
1917 0,4 -0,9
1855 -0,4 -0,4
1901 2,7 -0,3
1888 0,9 -0,1
1814 -0,2 0,1

Les décembre froid sur Paris :

Année T° moyenne en décembre
1879/80 -7,9
1788/89 -6,8
1829/30 -3,5
1890/91 -3,3
1840/41 -2,7
1933/34 -2
1853/54 -1,8
1870/71 -1,4
1799/80 -1,4
1844/45 -1

 

 

 

© 1999 - 2009  Alertes-météo.com - Tous droits réservés
Révision : 15 juin 2012