Impacts de la NAO

Corrélation de l'indice NAO avec les températures hivernales

Corrélation NAO avec TEMPERATURE

 

Corrélation de l'indice NAO avec les précipitations hivernales

Corrélation NAO avec PRECIPITATION
L'hiver correspond aux mois de décembre à mars


(Source : Heidi Cullen et Martin Visbeck, Lamont Doherty Earth Observatory, NOAA)

Quand la corrélation est proche de 1 (points rouges), cela indique que pour une année où l'indice NAO est positif, les températures hivernales seront plus chaudes que la normale (au nord de la France et en Grande-Bretagne par exemple), alors que lorsque la corrélation est proche de -1 (points bleus foncés), ce sont les années où l'indice NAO est négatif qui verront des températures hivernales plus chaudes que la normale. Dans les autres cas, les températures ou les précipitations hivernales ne varient pas en fonction de la NAO (on dit qu'elles sont "décorrélées").

 

Impacts de la NAO en Europe

Dans un agenda qu'il a maintenu au Groenland pendant les années 1770-78, le missionnaire Hans Egede Saabye a fait l'observation suivante : " Au Groenland, tous les hivers sont rigoureux, pourtant ils ne sont pas semblables. Les Danois ont noté que quand l'hiver au Danemark était rigoureux, tel qu'ils le perçoivent, l'hiver au Groenland était doux, et réciproquement." Ce balancement de la température est maintenant connu pour être une manifestation de la NAO.

Il y a beaucoup d'autres manifestations de la NAO ; la plus importante du point de vue économique serait que l'Europe du nord voit des hivers doux et humides durant les phases positives de l'indice NAO. Ceci a des conséquences dramatiques sur la production d'énergie hydroélectrique et la consommation d'énergie fossile. En effet, le sud-est de l'Europe reçoit moins de pluie, ce qui provoque des pénuries d'eau potable et réduit le débit des cours d'eau au Moyen-Orient. Les conséquences pour l'agriculture sont immédiates, par exemple, sur les récoltes de raisin et d'olives.

NAO impacts in Europe
(Source : Heidi Cullen et Martin Visbeck, Lamont Doherty Earth Observatory, NOAA)

 

 

Résumé

L'oscillation nord-atlantique (NAO) représente les changements "typiques" de la pression au niveau de la mer dans l'Atlantique Nord d'un hiver à l'autre. Plus précisément, l'indice NAO mesure la différence de pression entre l'anticyclone des Açores et la dépression d'Islande.

Les vents d'ouest traversant l'Atlantique à nos latitudes dépendent fortement de cette différence de pression : quand ils sont forts (indice NAO positif), ils extraient plus de chaleur et d'humidité de l'océan sous-jacent et l'apportent sur l'Europe. Au contraire, s'ils sont plutôt faibles (indice NAO négatif), ils apportent peu de chaleur et d'humidité sur l'Europe, qui est alors soumise aux influences froides et séches de l'anticyclone de Sibérie.

Phases de la NAO Indice NAO
(Source : Heinz Wanner, Institut de géographie climatologie et météorologie, Université de Berne)

 

Pour en savoir plus

En ce qui concerne le climat de la région Euro-Atlantique, le phénomène le plus étudié et documenté est ce qu'on appelle l'oscillation Nord-Atlantique ou NAO (pour North Atlantic Oscillation). Après El Niño, cette configuration de pression est un des modes dominants de la variabilité globale du climat.

Dans une étude pionnière, Walker & Bliss (1932) ont calculé pour un ensemble assez vaste de séries chronologiques météorologiques (disponibles à l'époque), le coefficient de corrélation entre chacunes de ces séries. Ces calculs ont permis de confirmer sur une base plus quantitative l'existence d'une corrélation dans la température de l'air déjà décrite par le missionnaire Hans Egede Saabye et d'établir une corrélation entre la pression aux latitudes tempérées et la pression dans les régions polaires. Cette corrélation dans la pression avait déjà été signalée par Defant (1924). Plus récemment Kutzbach (1970), Wallace & Gutzler (1981), Barnston & Livezey (1987) ont apporté des contributions importantes pour la définition et la compréhension des corrélations cachées derrière le sigle NAO.

 

Indice NAO

 

 

Cependant, après plus de 100 ans de recherche scientifique, les mécanismes fondamentaux régissant la variabilité de l'oscillation nord atlantique demeurent toujours des mystères. Quelques éléments cependant deviennent plus clairs. Par exemple, il s'avère que le lien entre El Niño et NAO est relativement faible. Il apparaît également plus clairement que certains des modèles actuels de climat ont la capacité de faire des prévisions probabilistes de l'index NAO une saison en avance. Mais pourquoi l'indice NAO est-il devenu plus positif au cours des 30 dernières années ? On spécule que ceci peut être un signe du réchauffement global induit par l'activité humaine, ou bien simplement de la variabilité naturelle du climat dans l'océan Atlantique Nord. En tous cas, en raison de son importance climatique, la NAO est source d'un intérêt scientifique intense ...

Références

Defant, A., 1924 : Die Schwankungen der atmospherischen Zirkulation uber dem Nordatlantischen Ozean im 25 jahrigen Zeitraum 1881-1905. Geogr. Ann., 6, 13-41.
Barnston, A. G., et R. E. Livezey, 1987 : Classification, seasonality, and persistence of the low-frequency atmospheric circulation patterns. Monthly Weather Review, 115, 1083-1126.
Hurrell, J. W., 1995 : Decadal trends in the North Atlantic oscillation: Regional temperatures and precipitation. Science, 269, 676-679.
Kutzbach, J. E., 1970 : Large-scale features of monthly mean Northern Hemisphere anomaly maps of sea-level pressure. Mon. Wea. Rev., 98, 708-716.
Walker, G. T., et E. W. Bliss, 1932 : World Weather. Mem. Roy. Meteor. Soc., 4, 53-84.
Wallace, J. M., et D. S. Gutzler, 1981 : Teleconnections in the geopotential height field during the Northern Hemisphere winter. Monthly Weather Review, 109, 784-812.
Wanner, H., 1999 : Le balancier de l'Atlantique nord. La Recherche, 321, 72-.

Liens (langue anglaise)

 

 

Auteurs : Eduardo Costa <dacosta@univ-brest.fr> & Thierry Huck <thuck@univ-brest.fr>
Contenu relu par Bruno Blanke et Alain Colin de Verdière,
Laboratoire de Physique des Océans (Unité Mixte de Recherche CNRS IFREMER UBO), Brest.

 

 

 

 

www.alertes-meteo.com

Moteur de recherche

Plan du site

Contacts

Accès membres

 

© 1999 - 2005  Alertes-météo.com - Tous droits réservés
Révision : 31 octobre 2004