Accueil du site

Contact

News 

Prévisions météo

Prévisions villes

Certificat intempérie

Bulletin Europe

 

Observations

Satellite en direct

Temps présent

Températures

Intensité orageuse

T° eau de mer

Carte UV

Précipitations

Direction du vent

Hauteur de neige

Prévisions neige

Point de rosée

Taux d'humidité

Séisme live

 

Les Dossiers

Cartes géographie

Dossiers météo

Les vagues de froid

Inondations France

Risque d'inondation

Tempêtes en France

Risque de tempête

Prévoir une tempête

Chasser les orages

Soleil et bronzage

Précipitations 9 jours

Boutiques

Radio-meteo

 

Stéphane FIEVET

Mon éditorial

 

Les Cartes

Pluie J J+1 J+2

Nuage J

Géologie Les sols

La pluie La Neige

T° janvier T° juillet

Climatiques

Végétation

Climat

Gelée

Neige

Précipitation

Janvier Juillet

Vent

Ensoleillement

régions / climat

Courants Marins

Précipitations

Saisonnière

Précipitation / an

Janvier Juillet

Amplitude

Climatique

 

Plan du site

 

gratuit annuaire gratuit

LES CHUTES DE NEIGE
DE FIN JANVIER 1986 DANS
LES PYRENEES ORIENTALES

 

 


par Henri PEJOUAN et Jean Michel AGUERA
Fin janvier 1986, une perturbation centrée non loin des Baléares a produit un creux en Méditerranée. Tout autour de ce creux s'est formé un tourbillon alimenté à l'Ouest par de l'air froid et sur la face orientale par de l'air chaud.
Par suite de ce conflit se situant dans nos régions des orages de neige se sont produits, parfois violents. On relevait dans nos régions :
0,80 m à 1 m à Ax-les-Thermes
1,20 m à Porte Puymorens
1,20 m à Fontpédrouse
1,40 m à Mont Louis
1,50 m en bas Confient
1,50 à 2m à Mantet.
 

Cliquez pour agrandir la carte

Cliquez pour agrandir la carte


Le bulletin météorologique de Toulouse-Blagnac annonce :

Pyrénées Orientales et Ariège
Temps couvert avec chutes de neige à toutes altitudes modérées à assez fortes, notamment sur les versants N s'atténuant légèrement en fin de journée. Vents modérés à assez fort de NW puis W. Températures négatives à tous les niveaux. Le caractère exceptionnel des chutes de neige présentes et à venir sera à l'origine d'importantes avalanches qui pourront prendre une ampleur inattendue. Estimation du risque : situation avalancheuse exceptionnelle.

Analyse de la situation météorologique des les Pyrénées Orientales (d'après M. Boutin, Directeur du Centre Météorologique de Perpignan)
L'analyse de la situation est faite à partir du 29 janvier à 00.TU et jusqu'au 01.02.86.
La dépression 990 mb centrée le 29 janvier sur le Cotentin se déplace très rapidement vers le Sud en se creusant. Arrivée dans le golfe du Lion en 24 heures, elle se bloque et continue de se creuser jusqu'à 975 mb.
En altitude, l'axe dépressionnaire avait le 29 janvier une forte inclinaison vers le Nord-Ouest (le centre à 700 mb est sur le Pays de Galles et à 500 mb sur l'Irlande du Nord). Il se redresse par suite du blocage de la dépression au sol et le 31 janvier à 00 TU les trois centres (sol, 700 mb, 500 mb.) sont sur une verticale située entre le Cap Creus et les Baléares.
Le Centre, stationnaire au sol pendant 36 heures, se comblera lentement et se décalera vers le Nord-est dans la journée du 1er février.
Ce schéma entraîne de façon classique sur le Roussillon de très fortes précipitations à caractère orageux, le plus souvent constatées à l'équinoxe d'automne. L'absence de radiosondage ne permet pas de connaître en détail les caractéristiques de la masse d'air, mais elle s'est révélée très instable (instabilité déclenchée dans les basses couches par l'arrivée d'air froid continental sur une mer relativement chaude) ainsi que fortement chargée en humidité (la quantité de précipitations sur l'ensemble de l'épisode varie de 100 à 170 mm).
Cliquez pour agrandir la carte

Ce type de précipitations n'est pas exceptionnel pour le Roussillon et la durée de retour d'un tel épisode est d'environ 5 ans toutes saisons confondues.
Le caractère catastrophique a dépendu de la température de l'air au moment de la chute. A une température moyenne supérieure ou égale à 3° pendant l'épisode, correspond uniquement des précipitations liquides (bordure côtière). Si la température moyenne est comprise entre 3° et 2°, les précipitations ont pris un caractère pluvio-neigeux et l'on a obtenu par endroit une neige très lourde qui a fondu assez rapidement.
Dans les zones où la température moyenne a été comprise entre 0° et 2°, on a assisté, comme en 1981, au phénomène de neige collante, avec des épaisseurs du manteau, de l'ordre de 40 à 50 cm.
Dans les zones de montagne, où la température moyenne est restée négative, on a obtenu de la neige poudreuse en abondance et l'épaisseur du manteau varie entre 1 mètre et 2 mètres.

Prévision de l'épisode

Le déplacement très rapide de la dépression, son blocage et son creusement important étaient très difficiles à prévoir. Aucun modèle mathématique ne simule de façon satisfaisante la situation météorologique pour le 30 janvier à 00 TU.
Les écarts très importants sur les prévisions à 72 heures et même 48 heures s'amenuisent par la suite, pour obtenir une carte prévue à 24 heures satisfaisante pour le vendredi 31 janvier à 00 TU. Cette carte disponible dans le début de la matinée du 30 janvier a permis de conforter la position du prévisionniste et de lancer les bulletins spéciaux neige (DDE - Sécurité Civile - ASF /Rivesaltes)

Nos régions ont donc connu des perturbations importantes.
Routes coupées par des coulées de neige, ou non praticables vu l'épaisseur considérable de la couche de neige, aggravée par des congères : routes interdites, voitures immobilisées, villages isolés.
Le plan ORSEC est déclenché dans les Pyrénées Orientales, l'Aude et l'Ariège.
Les journaux locaux retracent abondamment toutes les péripéties de ces dures journées.
Le Col de Puymorens a été fermé pendant 8 jours, le danger d'avalanche étant important sur la RN 20.
 
Le 30 janvier, avalanche à Porte Puymorens, 2 morts dans un immeuble.
Le 31 janvier, 2 personnes meurent, perdues dans les neiges et épuisées, au Col d'Ares.
La route Andorre-Ariège est restée fermée 10 jours, toujours à cause du danger d'avalanches.
Evacuations partielles à Porte-Fontpédrouse-Hospitalet, Orlu-Arinsal.

Danger important d'avalanche à Fontpédrouse où la RN 116 a dû parfois être interdite. On craignait une avalanche de poudreuse. Mantet isolé plus de 20 jours. En montagne, la neige était froide, légère. On observait -17° à Porte Puymorens, -10° en Cerdagne...

Cette chute de neige était-elle vraiment exceptionnelle ?

Dans nos régions,, il y a eu parfois des enneigements plus importants, comme nous en avons connus, pour ces dernières années, en 1972.
Beaucoup d'hivers ont été plus enneigés. Citons les derniers hivers de 1935, 1954, 1957, 1968, 1971, 1972.
Ce qui caractérise surtout la chute de neige de cet hiver, c'est une chute continue, rapide en une seule fois.
 C'est surtout dans le Haut Confient et dans le Haut Vallespir que l'enneigement a été exceptionnel, pour des altitudes relativement modestes (800 à 1 200 m).
On a observé à Filliols 1,50 à 1,70 m de neige fraîche, 2 m à Mantet (à 1 500 m cependant)Au Puigmal, l'enneigement a été normal, sans plus. Neige abondante à Porte Puymorens, Andorre, mais là rien d'exceptionnel quant à la hauteur totale. Intensité de la chute de neige : 10 cm/heure à Py le 30 janvier à 18 h.

Avec de telles chutes, on s'attendait à un déferlement général d'avalanches. Or s'il y a eu beaucoup d'avalanches, celles-ci ne se sont produites que dans des secteurs localisés, principalement sur le massif du Canigou.

Et là encore, dans ce même massif, quelques couloirs ou ravins réputés très avalancheux n'ont pas connu de grandes avalanches.

C'est dire la complexité de la prévision du risque d'avalanches, ce risque variant avec seulement de petits écarts de températures, avec la densité de la neige suivant les courants locaux plus ou moins froids, suivant aussi les seuils critiques d'enneigement pouvant jouer sur quelques centimètres avec le vent.
Enfin, chaque vallée possède son microclimat suivant le relief et la végétation du lieu précis.
Une caractéristique de cette période neigeuse, c'est un déferlement d'avalanches de poudreuse (poudreuse + écoulement mixte), avec existence pour la plupart d'entre elles d'aérosols. Ce fait est exceptionnel chez nous. Nous devons le souligner particulièrement.
 
Village  de la Llagonne, le 4 février 1986
 
 
 
Ravin d'Estabeil
 
 
 
 

 

   

www.alertes-meteo.com

Moteur de recherche

Plan du site

Contact

Accès membres

 

© 1999 - 2009  Alertes-météo.com - Tous droits réservés
 

Révisions :   01/01/1970