Are we heading for a new winter of discontent ?


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Are we heading for a new winter of discontent?
By Jonathan Brown, Jeremy Laurance and Barrie Clement
Published: 22 October 2005
Britain could be left paralysed by energy shortages, a health crisis and gridlock on the roads if the predicted Arctic winter strikes with severity.

Prolonged sub-zero temperatures after nearly a decade of mild winters could result in the death of tens of thousands of people, with fears that the National Health Service faces the prospect of a full-blown winter bed shortage for the first time since Labour came to power in 1997.

The Confederation of British Industry warned that power shortfalls caused by the rising domestic demand to keep warm and Britain's dwindling strategic stockpiles could lead to factory shutdowns and a return to the three-day week. At present, only 11 days' supply of gas is being held in reserve, compared with 55 days' worth elsewhere in Europe. Consumer groups fear that hardest hit will be members of the two million poor households already struggling to cope with the 40 per cent rise in energy prices since 2003.

Transport specialists also warn that the authorities have not acted fast enough to keep motorways and other routes open in the event of heavy snowfalls. The situation would be worse in Scotland.

Concern has been mounting since the Meteorological Office took the unprecedented step of issuing a long-range forecast predicting the likelihood of a much harsher-than-average winter. The "amber alert" was based on lower-than-average sea temperatures recorded near Iceland and off the Azores this spring. The findings are a typical precursor for a phenomenon known as the North Atlantic Oscillation (NAO) which has resulted in some of the harshest winters on record. The effects of the NAO were felt most spectacularly in 1963, when temperatures dropped as low as minus 22C, the Thames iced over and large swaths of southern England were blanketed more than a foot of snow for weeks on end.

Forecasters say they are 67 per cent confident that this winter will be among the coldest on record, and are urgently working on models predicting exactly how cold it will be and for how long Britain will freeze. A spokesman said the Office of the Deputy Prime Minister, John Prescott,had been informed immediately, as had the NHS, the Highways Agency and other relevant departments. "We told them to go back and look at their plans. We have had nearly 10 years of warm winters and society has changed in that time," the Met Office spokesman said.

The Arctic temperatures could not come at a worse time for Britain's energy consumers. All six power companies have relentlessly increased prices in the past two years in the midst of worsening volatility in the global energy markets. Average customers can now expect to pay £750 a year on fuel costs. Already two million households are spending 10 per cent of their income on gas and electricity bills. Three-quarters of these are classified as vulnerable - among them the elderly, sick or very poor. "When it is really cold at a time when prices have already gone up dramatically, will people make the decision to keep warm? We pray to God that they do," said Adam Scorer, head of campaigns at Energywatch.

An extra 8,000 deaths are anticipated for every one degree centigrade that the temperature falls below the winter average. When home temperatures drop below 16C, resistance to respiratory diseases falls. Cold air temperatures lead to a rapid rise in the number of strokes and heart attacks.

A DoH spokeswoman said plans were being made to clear beds and cancel operations should the worst-case scenario unfold. A spokesman for the department said: "We are aware of the Met Office's severe weather forecast for this winter but we always prepare for the worst anyway." Concerns are growing that the Government has seriously underestimated the impact of an exceptionally cold winter on business. Sir Digby Jones, the director general of the CBI, said this week that "businesses will shut down" and that the biggest energy users will be forced to "throw the switch".

Demand peaked in the relatively mild January of 2003, when 449 million cubic metres (mcm) of gas were used. This year, total availability will be lower than in previous years at 476mcm - allowing a margin of error of just 6 per cent. Lord Woolmer of Leeds, chairman of the House of Lords European Union Committee, warned that the situation had deteriorated since he submitted a report on the supply situation last year.

North Sea supplies have been run down faster than envisaged over the summer to exploit high prices on the Continent. Meanwhile the European energy market, from which Britain must now import much of its supplies, remains unreformed, and serious doubts have been expressed that it can meet the extra demand.

The severe hurricane season in the Gulf of Mexico means that production of liquefied natural gas (LNG) has been badly disrupted. Consignments destined for Britain have been diverted to the United States. Big industrial energy users, such as steel and chemical companies, may have tohalt production on very cold days to allow domestic suppliers to take precedence. "The Government said that voluntary agreements will be sufficient. But the real danger is that they may not be enough," Sir Digby said.

The Energy minister, Malcolm Wicks, dismissed the talk of a three-day week as "scaremongering". A Department of Trade and Industry spokesman said: "The market is likely to correct itself in the event of any shortfall of supplies. A mechanism is in place to restrict supplies to some parts of industry should the situation require it."
 

Source : http://news.independent.co.uk/uk/this_britain/article321425.ece

 

 

L'Angleterre est inquiète de L'hiver très rude qui s'annonce. Voici une information transmise par neige57, les conséquences seraient nombreuses, mais l'Angleterre se prépare.

Voici une Traduction de cette information qui vient de tomber.

La Grande-Bretagne pourrait être paralysée par un manque d'énergie, une crise médicale et d'embouteillage sur les routes si l'hiver arctique prévu frappe durement.

Des températures inférieures à zéro pourraient durer, après presque une décennie d'hivers doux, et ainsi avoir comme conséquence la mort de dizaines de milliers de personnes, avec des craintes que les services de santé nationaux doivent faire face à la perspective d'un véritable manque de lit d'hiver pour la première fois depuis que Labour a apporté son soutien en 1997.

La Confédération de l'industrie britannique a averti que les déficits d'énergie provoqués par une demande croissante domestique pour maintenir les réserves stratégiques, la Grande-Bretagne pourraient stopper des usines et mener à un retour à la semaine de trois jours. Actuellement, l'approvisionnement est de seulement 11 jours en gaz dans les réserves, comparée à 55 jours en valeur ailleurs en Europe. Les Services des consommateurs craignent que cela soit un coup plus dur pour deux millions de ménages à faibles revenus, luttant déjà pour faire face à l'élévation de 40 pour cent des prix de l'énergie depuis 2003.

Les spécialistes des transports avertissent également que les autorités seraient démunis à agir rapidement et de garder les autoroutes et d'autres itinéraires ouverts en cas de grosses chutes de neige. La situation serait encore plus mauvaise en Ecosse.

Le souci est arrivé depuis que le bureau météorologique a pris la mesure sans précédent de publier une prévision saisonnière prévoyant la forte probabilité d'un hiver très rude. "L'alerte Jaune" est basée sur de basses températures enregistrées en mer près de l'Islande et des Açores ce printemps. Les résultats sont un précurseur typique d'un phénomène connu sous le nom d'oscillation atlantique nord (NAO) qui a eu comme conséquence certains des hivers les plus durs comme. Les effets de la NAO ont été ressentis le plus spectaculairement en 1963, quand les températures sont descendus à -22C, La Tamise fut recouverte d'une banquise et l'Angleterre méridionale a été recouverte de plus de 2,6 mêtres de neige pendant des semaines.

Les prévisionnistes disent qu'ils sont sûrs à 67 pour cent que cet hiver battra des records de froid, ils travaillent sur des modèles prévoyant exactement comment le froid durera et pour combien de temps la Grande-Bretagne gèlera. Un porte-parole du bureau de ministre, John Prescott, avait été immédiatement informé , il a eu le NHS, l'agence des autoroutes et d'autres départements appropriés. "nous leur avons dit de revenir et de regarder leurs plans. Nous avons eu presque 10 ans d'hivers chauds et la société a changé depuis."

Les températures arctiques arrivent au plus mauvais moment pour les consommateurs d'énergie de la Grande-Bretagne. Chacune des six compagnies d'énergie a implacablement augmenté des prix depuis les deux dernières années dans un marché qui ne fait qu'empirer. Les clients moyens dépensent actuellement £750 par an sur les coûts du carburant. Déjà deux millions de ménages dépensent 10 pour cent de leur revenu sur des factures de gaz et d'électricité. Trois quarts de ces derniers sont classifiés comme vulnérables - parmi eux les personnes agées, les malades ou les très pauvres.

"quand il fait réellement froid à un moment où les prix ont déjà dramatiquement augmenté, les gens vont-ils prendre la décision de se maintenir au chaud ? Nous prions Dieu qu'ils le fassent " a dit Adam Scorer, tête de campagne chez Energywatch.


8.000 décès supplémentaires sont prévus pour chaque degré centigrade en dessous des températures moyennes de l'hiver. Quand les températures à la maison chutent en dessous de 16C, la résistance aux maladies respiratoires tombe. Les températures d'un air froid mènent à une élévation rapide du nombre de crises et d'attaques cardiaques.

Des plans de DoH porte-parole étaient préparés. Il a dit : "nous nous rendons compte au Met Office des graves prévisons de cet hiver, mais nous nous préparons toujours au plus mauvais des scénariis." Des soucis sont à craindre car le gouvernement a sérieusement sous-estimé l'impact d'un hiver particulièrement froid sur l'économie. Monsieur Digby Jones, le directeur général du CBI, a dit cette semaine que les "entreprises s'arrêteront" et que les plus grands utilisateurs d'énergie seront forcés "d'éteindre l'interrupteur".

La demande a fait une pointe en janvier 2003 qui fut relativement doux, quand 449 millions de mètres cubes (MCM) de gaz ont été consommés. Cette année, la disponibilité totale sera inférieure aux années précédentes de 476mcm - on peut se permettre une marge d'erreur de juste 6 pour cent. Lord Woolmer de Leeds, Président de la Chambre du Comité européen des Lords union, a averti que la situation s'était détériorée depuis qu'il a soumis l'année dernière un rapport sur la situation d'approvisionnement.

Des approvisionnements de la mer du Nord ont été demandés le plus rapidement au cours de l'été afin d'exploiter à des prix élevés sur le continent. En attendant le marché de l'énergie européenne, dont la Grande-Bretagne doit maintenant importer beaucoup de ses approvisionnements, et des doutes sérieux ont été exprimés qu'elle puisse satisfaire une demande supplémentaire.

La grave saison cyclonique dans le Golfe du Mexique signifie que la production du gaz naturel liquéfié (GNL) a été perturbée. Des envois destinés à la Grande-Bretagne ont été détournés aux Etats-Unis. Les grands utilisateurs industriels d'énergie, tels que les compagnies de l'acier et chimiques, peuvent avoir la production stopper des jours très froids pour permettre aux fournisseurs domestiques d'avoir la priorité. "le gouvernement a indiqué que des accords volontaires seront suffisants. Mais le vrai danger est qu'ils peuvent ne pas être assez, " a dit monsieur Digby.

Le ministre de l'énergie, Malcolm Wicks, a écarté l'idée d'une semaine de trois jours en tant que "tactique alarmiste". Le ministre du commerce le porte-parole et de l'industrie a indiqué : "le marché est susceptible de se corriger en cas de n'importe quel déficit d'approvisionnements. Un mécanisme est en place pour limiter les approvisionnements à certaines parties de l'industrie si la situation l'exige."

source : http://news.independent.co.uk/uk/this_britain/article321425.ece

Traduction et arrangement de la Terre du Futur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© 1999 - 2005  Alertes-météo.com - Tous droits réservés
Révision : 24 septembre 2008